C’est du sport!

Avec les camps d’entraînement qui vont débuter dans quelques jours, on me parle régulièrement de hockey junior ces jours-ci. Parmi les questions qui reviennent souvent, on y trouve:

– Est-ce que le Titan sera meilleur cette année?

– Les Wildcats ont-ils des chances de tout gagner?

– Noah Dobson va-t-il faire l’équipe des Islanders de New York, ou va-t-il revenir dans la LHJMQ pour remporter une troisième coupe et Memorial?

Les amateurs veulent savoir. Cruel que je suis, je rétorque continuellement que j’aurai l’occasion de leur donner mon avis dans le cadre d’une prochaine chronique.

Cela dit, j’ai tout de même le goût de vous parler de hockey junior. En fait, j’aimerais vous souligner que la prochaine campagne s’annonce particulièrement excitante d’un point de vue individuel pour plusieurs patineurs du Nouveau-Brunswick.

À commencer par Lukas Cormier, dont le nom est déjà sur la plupart des lèvres des amateurs de hockey en raison de sa participation à la Coupe Hlinka-Gretzky cette semaine, un tournoi qui s’adresse uniquement aux hockeyeurs de moins de 18 ans.

Le défenseur de Sainte-Marie-de-Kent est considéré comme l’un des beaux espoirs en vue du prochain repêchage de la LNH en juin 2020. Je prédis à la jeune vedette des Islanders de Charlottetown une récolte de 60 points, dont près de 20 buts.

Un autre Acadien qui risque de faire beaucoup parler de lui cet hiver est Mika Cyr, de Sainte-Anne-de-Madawaska.

Je crois sincèrement que le vétéran des Wildcats de Moncton peut aspirer à une saison de 100 points s’il peut éviter les blessures. D’autant plus que ce n’est pas le talent offensif qui va manquer au sein des deux premiers trios des Chats Sauvages.

Attendez-vous aussi à une grosse saison d’Ethan Crossman, qui évoluera désormais avec les Saguenéens de Chicoutimi. L’agressif attaquant de Sackville peut facilement viser la trentaine de buts et la soixantaine de points. Les Bleuets vont l’adorer celui-là.

Un autre attaquant qui devrait franchir le cap des 30 buts et Peyton Hoyt, des Foreurs de Val-d’Or. Originaire de Lincoln, cet ancien choix de première ronde aura mis du temps avant de débloquer, mais il nous a donné un avant-goût de ce qui nous attend avec 24 buts la saison dernière.

Le jeune Josh Lawrence, des Sea Dogs de Saint-Jean, devrait de son côté confirmer son talent offensif en allant chercher une cinquantaine de points, si ce n’est la soixantaine. Originaire de Fredericton, Lawrence sera comme Lukas Cormier, disponible pour le prochain repêchage de la LNH.

En défensive, Adam McCormick, des Screaming Eagles du Cap-Breton, devrait flirter avec les 50 points. L’arrière de Woodstock devrait voir beaucoup d’action en supériorité numérique.

Il y également Nicolas Savoie, des Remparts de Québec, dont je m’attends à une belle progression sur le plan offensif. Le Dieppois sera lui aussi disponible au repêchage de la LNH en 2020 et il pourrait fort bien enregistrer une trentaine de points.

C’est sans oublier qu’Alexandre David (Titan) de Pigeon Hill, Patrick LeBlanc (Islanders) de Sainte-Marie-de-Kent, Dawson Stairs (Sea Dogs) de Fredericton, et Cole Cormier (Océanic de Rimouski) de Dieppe, et Yannic Bastarache (Titan) de Bouctouche, pourraient tous amasser entre 20 et 30 points.

Le 9 août, c’est du sport

Saviez-vous que le 9 août est dans l’histoire de l’humanité l’une des journées les plus prolifiques en terme de naissance d’athlètes de haut niveau?

Rien qu’au hockey, le 9 août nous a donné Brett Hull (1964) et Rod Brind’amour (1970), ou si vous préférez Rod Littlelove comme disait le regretté Prof Caron, Ronald de son prénom.

Au baseball, l’ex-receveur des Cardinals de St-Louis Ted Simmons (1949), le releveur étoile des Angels d’Anaheim Troy Percival (1969) et l’ex-gérant des Yankees de New York Ralph Houck (1919) ont tous grandement contribué à leur sport.

J’aurais pu aussi vous citer Deion Sanders (1967) pour le baseball, bien qu’il a surtout excellé au football américain avec les Falcons d’Atlanta.

Et que dire du joueur de tennis Rod Laver (1938), vainqueur du Grand Chelem en 1962 et 1969, soit des quatre tournois majeurs la même année.

Il y aussi l’ex-champion du monde de boxe chez les poids lourds, Ken Norton (1943), ou encore le joueur de basketball Bob Cousy (1928), qui a remporté six fois le championnat de la NBA avec les Celtics de Boston.

Nous avons notre propre athlète de pointe en Acadie avec la joueuse de basketball en fauteuil roulant Sabrina Pettinicchi (1972). Bien que la conjointe du non moins célèbre David Durepos est une Québécoise d’origine, c’est tout de même en tant que Néo-Brunswickoise qu’elle a représenté le Canada aux Jeux paralympiques d’Atlanta (or, 1996), de Sydney (or, 2000) et d’Athènes (bronze, 2004). Sabrina a aussi aidé le Canada à remporter la médaille d’or aux Championnats mondiaux de 1998 et de 2002.

Ah oui, Jean Pascal Brideau, qui est à mon humble avis l’artiste le plus versatile en Acadie et qui ne rate jamais une occasion de partager ses multiples formes d’art avec le sport, est également né un 9 août.

Tout ça pour dire que le 9 août, c’est du sport.