Des phoques partout!

Quelqu’un s’interrogeait, il y a peu, sur l’impact du plaidoyer de Brigitte Bardot, dans les années 70, en faveur des phoques. À Terre-Neuve-et-Labrador ou aux Îles-de-la-Madeleine, où la chasse aux phoques jouait un rôle central, on sait le harcèlement qu’ont subi les chasseurs, on connaît les problèmes sociaux et économiques que le boycottage du phoque a engendrés.

On sait aussi que «les phoques», comme l’avait dit un jour un Jean Chrétien exaspéré, «ne mangent pas de laitue» et qu’ils ont un appétit féroce pour tout ce qui vit dans l’eau, morue, hareng, homard, saumon, etc. La difficulté des stocks de poisson à rebondir ne leur est donc pas étrangère.

Tout récemment, j’ai visité le Grand Barachois de Miquelon (le Goulet, pour les gens de Saint-Pierre), un grand lagon dans lequel phoques gris et phoques communs résident de mai à octobre environ. Lorsque j’étais jeune, cet endroit était formidable: on y trouvait coques et moules, on y nageait et le long des berges on faisait pique-nique. Nous partagions cet endroit idyllique avec des phoques qui s’ébattaient comme nous dans l’eau avant de faire la sieste, sur les bancs de sable, à la mer descendante.

Ils étaient, à l’époque, environ 500 bêtes et de temps à autre, un chasseur ou un pêcheur en tuait quelques-uns «pour contrôler les nombres», dirons-nous. Après Brigitte, on a décidé de les protéger.

Aujourd’hui on estime le troupeau de phoques du Goulet à 950 phoques, soit deux fois plus qu’en 1970! Les scientifiques préfèrent parler d’une augmentation de 2% par an sur 45 ans.

Aujourd’hui, croyez-moi! plus personne ne s’aventure dans l’eau ou ne cherche des coques et encore moins des moules. Une odeur épouvantable s’étend d’un bout du Goulet à l’autre. Algue verte et contamination à la bactérie E.coli règnent. Il paraît que l’algue verte est la conséquence du réchauffement de l’eau, mais il est clair que les déjections des phoques sont directement liées à la prolifération de la bactérie.

En tous les cas, une chose est sûre, au Grand Barachois de Miquelon, les humains fuient devant les phoques.

Pour information, on estime la population de phoques gris uniquement dans la région atlantique à 505 000 bêtes et celles de phoques communs à 30 000.