La remontée du NPD et du Bloc pourrait mener à un gouvernement minoritaire

À environ une semaine du scrutin général, les sondages nationaux laissaient présager l’élection d’un gouvernement canadien minoritaire le 21 octobre prochain. Mais bien malin qui pourrait en prédire la couleur puisque, vendredi dernier, les deux principaux partis se retrouvaient nez à nez avec 32% d’appui chacun, selon Éric Grenier, auteur du «CBC Poll Tracker». M. Grenier fait l’analyse et la compilation de tous les sondages nationaux pour ensuite en dégager une moyenne nationale et par région.

À la suite des deux débats de la semaine dernière, les sondages nationaux indiquaient effectivement une remontée du Nouveau Parti démocratique dans l’Ouest canadien et en Ontario et du Bloc Québécois au Québec. Mauvaise nouvelle pour les deux principaux partis, les libéraux et les conservateurs qui ont tous deux perdu des appuis. Les libéraux continuent par contre à dominer au Québec, en Ontario et dans la région Atlantique, alors que les conservateurs dominent dans l’Ouest canadien. Selon M. Grenier, les libéraux pourraient perdre des sièges au Québec et les conservateurs ne feraient pas les gains souhaités dans la Belle Province. La remontée du Bloc et du NPD pourrait bien aussi empêcher l’élection d’un gouvernement majoritaire, selon la plupart des analystes politiques.

La belle performance de Jagmeet Singh dans tous les débats des chefs semble avoir aidé la cause du NPD en Colombie-Britannique où la lutte se fait entre le NPD et le PLC.

Au Québec, la belle performance du chef bloquiste Yves-François Blanchet pourrait lui permettre de subtiliser des sièges aux libéraux dans la couronne de Montréal et au NPD ailleurs dans la province. Il empêcherait aussi les conservateurs de faire des gains en région.

Au Nouveau-Brunswick, des luttes intéressantes se dessinent toujours dans Tobique-Mactaquac, Sud-Ouest Nouveau-Brunswick, Saint-Jean et Fundy-Royal où les anciens députés conservateurs tentent de reprendre leur siège, ainsi que dans Acadie-Bathurst, Fredericton, Madawaska-Restigouche et Miramichi.

Dans Acadie-Bathurst, la lutte se fait surtout entre le député sortant Serge Cormier et le candidat vedette du NPD, Daniel Thériault, un ancien directeur du Festival acadien et DG de la Fédération culturelle acadienne de la Nouvelle-Écosse.

La candidate du CPC, Martine Savoie, était grippée la semaine dernière et n’a pas fait de campagne active sur le terrain.

À Fredericton, fait inusité, la lutte se ferait à trois et la candidate du Parti vert, Jenica Atwin, pourrait causer des suprises, surtout que le centre-ville de Fredericton est un bastion du Parti vert au niveau provincial. Aussi, la présence des étudiants de UNB et de St-Thomas à ce moment-ci de l’année pourrait bien aider sa cause.

Dans Madawaska-Restigouche, le député sortant René Arsenault fait face à Nelson Fox, de la région d’Edmundston. Les deux candidats mènent une campagne de terrain et le dernier sondage indiquait une lutte à deux entre ces deux candidats.

Le même sondage rapportait également une lutte serrée à deux dans Miramichi, entre le député sortant Pat Flannigan et la candidate conservatrice Peggy McLean.

En fait, les sondeurs ne pouvaient pas indiquer pour quel parti les électeurs penchaient en raison des résultats trop serrés.

Comme dans toutes les élections, c’est vous, électeurs et électrices, qui aurez le dernier mot lundi prochain. Les discussions politiques au café le matin peuvent vous permettre d’exprimer une opinion sur les différents enjeux de la campagne, mais l’important est de faire valoir votre point de vue aux urnes.

SVP, allez voter le 21 si ce n’est pas déjà fait. C’est un droit que nous avons tous et qu’il nous faut préserver en l’exerçant le moment venu.

Bon vote et bonne semaine à tous.