Confidences

Je dois vous faire une confidence. Dans ma grande quête d’objectivité et devant une tentative à peine voilée d’effacer dans la mémoire des lecteurs le fait que j’ai un passé politique avec un parti plutôt qu’un autre, je tente désespérément depuis septembre de trouver suffisamment de choses positives sur le gouvernement Higgs pour remplir une pleine chronique. Mission très difficile!

Confidence pour confidence, je n’hésite pas non plus à dire publiquement que j’ai voté pour mon frère à la dernière élection fédérale, et ce pour une raison bien simple: dans ma famille c’est comme cela que ça fonctionne. Un de mes frères avait déclaré le soir de ma défaite contre Yvon Godin, la célèbre phrase: «Maintenant, on pourra voter pour qui l’on veut!».

Ceci étant dit, mon vote n’a pas fait le poids, mais au moins je n’aurai pas honte d’aller grignoter dans ses assiettes de hors-d’œuvre quand il m’invitera chez lui à Noël! C’est ça, la famille!

Assez parlé de moi, revenons donc au gouvernement Higgs et voyons si, après une année de pouvoir, on peut s’extasier devant les réalisations de ce gouvernement.

D’abord, son plus grand accomplissement est celui d’avoir enlevé la plaque d’immatriculation sur le pare-choc avant des voitures. En furetant sur le web, j’hésite encore entre une plaque qui me rappelle mon nom de famille, la ville où j’habite, ou encore le chef-d’œuvre du Pop art que j’ai observé cette semaine à Caraquet, qui dit fièrement J’aime ma femme.

Avis au propriétaire de la Cadillac turquoise qui arbore fièrement cette dernière, si vous voulez vous en débarrasser, je suis preneur!

Deuxième grande réalisation de ce gouvernement révolutionnaire, c’est certainement l’élimination de l’inspection annuelle des voitures, qui sera remplacée par un exercice similaire aux deux ans. Tout cela, nous dit-on, pour sauver de l’argent aux conducteurs.

Mais voilà qu’en renouvelant mon immatriculation, le mois dernier, l’employé de Service NB a dû admettre – avec un peu de gêne – qu’il n’y a, dans les faits, aucune économie pour le consommateur. Si épargne il y a, c’est le gouvernement qui empoche!

Autre grande victoire pour notre démocratie, on prévoit fixer le renouvellement des immatriculations aux deux ans, comme si on avait hâte de revoir les minounes sur nos routes et de permettre à plus d’automobilistes de conduire sans assurance. Vive le populisme!

M. Higgs peut toutefois dire qu’il a présenté un budget équilibré pour une deuxième année consécutive. Facile, quand le gouvernement avant lui l’a fait à deux reprises. Il devrait surtout remercier l’administration précédente d’avoir augmenté la TVH de 2%. C’est la seule et unique raison qui explique les surplus actuels.

Ce que M. Higgs tait toutefois, ce sont les millions de dollars dépensés pour annuler des contrats comme celui de la route 11 et celui de l’édifice du Centenaire dans la capitale. Tôt ou tard, quelqu’un devra payer pour ça!

Enfin, le gouvernement mérite une bonne note pour son engagement à augmenter les zones protégées dans nos forêts et pour avoir finalement laissé le processus de sélection suivre son cours dans le dossier du commissaire aux langues officielles.

Bref, comme le dit si bien la Sagouine: «une ben bounne année»!