Une élection cet hiver?

Au moment d’écrire ces lignes, le gouvernement Higgs venait de mettre au défi les partis d’opposition de défaire son projet de loi voulant assurer des services essentiels en cas de grève dans les foyers de soins de la province.

Les trois députés de la People’s Alliance of New Brunswick menaçaient de voter contre ce projet de loi s’il n’incluait pas également une reclassification des ambulanciers paramédicaux pour que ceux-ci soient considérés comme des travailleurs de la santé au même titre que les infirmiers et les infirmières.

Le premier ministre Higgs n’a pas accepté la demande de Kris Austin et de ses collègues et il a décidé de faire de l’adoption de ce projet de loi une question de confiance envers son gouvernement. Donc, si l’opposition votait contre le projet de loi 17, le gouvernement démissionnera et une élection provinciale sera convoquée pour le mois de janvier.

Il faut dire que le gouvernement est présentement en avance dans les sondages, ce qui a peut-être influencé le geste du premier ministre Higgs. Par contre, rien ne garantit que les Néo-Brunswickois apprécieront d’aller voter en plein milieu de l’hiver.

On peut cependant comprendre la frustration du premier ministre qui doit faire approuver une loi sur les services essentiels avant le 3 janvier, tel que l’a stipulé la Cour d’appel de la province. Sinon, les employés des foyers de soins pourront déclencher une grève sans avoir à offrir de services essentiels à nos aînés durant la grève.

La loi 17 permettrait également de régler le conflit en arbitrage, pourvu que la décision de l’arbitre respecte la capacité de payer du gouvernement provincial.

Par ailleurs, le gouvernement provincial vient de déposer son budget d’immobilisation 2020-2021 totalisant près de 600 millions $.

C’est un budget minceur lorsque comparé au budget d’un milliard de dollars qu’avait adopté le gouvernement Gallant, lors de sa dernière année au pouvoir. Toutefois, ce budget du gouvernement Higgs (tout comme celui de 2019-2020) se compare bien aux budgets des gouvernements Lord, Graham et Alward.

Parmi les projets de construction qui seront financés dans les régions francophones se retrouvent la poursuite des travaux d’expansion à l’Hôpital Général Chaleur (16 millions $) à Bathurst, la dernière étape de la construction d’un centre d’excellence en santé mentale à Campbellton, qui deviendra un centre de traitement des dépendances (10 millions $), la planification pour la construction d’un nouveau pont reliant Lamèque et Shippagan (1million $), la poursuite des travaux cofinancés avec le fédéral (87 millions $), incluant la poursuite des travaux sur la route 11 entre Shédiac et Bouctouche; l’agrandissement du bloc opératoire et les travaux de rénovation au Centre hospitalier universitaire Georges Dumont à Moncton (7 millions $).

En plus, la province investira 70,6 millions $ dans la rénovation et la construction d’écoles ainsi que 279,3 millions $ dans la réparation et la construction de routes et de ponts.

Puisqu’il n’a pas été élu pour réaliser les promesses du gouvernement sortant, le gouvernement Higgs est en droit de mettre de l’avant ses propres priorités. Il a quand même pris soin de compléter plusieurs des projets entamés par ses prédécesseurs libéraux pour ne pas pénaliser la population des régions concernées.

Du côté fédéral, le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, a annoncé, jeudi dernier, sa démission comme chef du parti. Il demeurera en place jusqu’à ce qu’un (ou une) chef le remplace, probablement en mai ou juin prochain.

Déjà, des noms circulaient vendredi quant à un remplaçant possible: l’ancien ministre fédéral, Peter MacKay, l’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Bernard Lord, et l’ancien ministre Peter Pollièvre étaient les noms les plus souvent mentionnés.

À mon avis, M. Scheer a pris la bonne décision en quittant la direction du PCC, tout comme l’avait fait, avant lui, Élizabeth May du Parti vert.

Ces deux changements permettront à ces partis, souhaitons-le, de réorienter leurs politiques afin de mieux refléter les intérêts et les aspirations d’une plus grande partie de la population canadienne.

Bonne semaine à tous.