Miracle à Fredericton!

Le grand romantique que je suis a vite fait d’imaginer Saint-Nicolas et le père Fouettard assis l’un à côté de l’autre en début de semaine quand notre premier ministre Blaine Higgs a rencontré Justin Trudeau à Ottawa.

Celui qui a fait campagne avec Andrew Scheer pendant les dernières élections s’était pourtant écrié à voix haute durant la campagne que jamais il ne pourrait travailler avec Trudeau. Qui plus est, il s’est joint à d’autres provinces pour condamner la taxe sur le carbone. Mais voilà que, miracle de Noël ou mieux encore une conversion soudaine de Blaine Higgs; celui-ci n’avait que des bons mots pour M. Trudeau.

Si M. Higgs a connu son chemin de Damase la semaine dernière, c’est qu’il s’est vite rendu compte qu’en misant sur le mauvais cheval, il ne s’est pas donné trop de marge de manœuvre pour gouverner sa province. Celui qui a déjà dit que la province recevait trop de péréquation du gouvernement fédéral a appris également que le Nouveau-Brunswick mérite à partir de cette semaine le titre de la province la plus pauvre au pays. Elle dépasse pour la première fois de son histoire l’Île-du-Prince-Édouard, qui depuis trois ans surpasse les autres provinces canadiennes tant par sa capacité d’attirer des immigrants que par sa croissance économique.

Le plus étonnant et le plus agréable en observant le nouveau M. Higgs, c’est qu’il reconnaît maintenant le principe d’une taxe sur le carbone et que son plan a été accepté par Ottawa. Ceci aura comme conséquence de réduire la taxe sur l’essence de quelques cents, ce que le gouvernement annoncera haut et fort avant une possible élection. Toutefois les familles à bas revenus devront oublier la partie de cette taxe que le gouvernement fédéral leur a retournée l’an passé.

C’est que M. Higgs réalise qu’il n’a pas d’autres choix que d’aller aux urnes cette année avec une image un peu plus progressiste. Devant le fait que près de 70% des électeurs ont appuyé un parti favorable à une taxe sur le carbone, les conservateurs doivent se raviser. De voir Trudeau et Higgs parler de façon si cordiale de la taxe sur le carbone et de l’amélioration des services en interruptions de grossesse aurait été inimaginable il y a un an. Un pas de plus et ils entonnaient ensemble l’International socialiste!

Sur la scène provinciale, les conservateurs ont placé leurs pions de façon intéressante sur l’échiquier politique. D’abord, ils ont obtenu le support de l’Alliance des gens sur le projet de loi touchant les foyers de soins en échange de la reconnaissance du statut des ambulanciers. Ce faisant, ils créent la bisbille chez les syndicats, mais gagnent le cœur des ambulanciers.

Pendant ce temps, en gouvernant avec des économies de bout de chandelle et en refusant de faire profiter notre province de la manne fédérale en infrastructure, le gouvernement ne fait rien pour stimuler l’économie et faire croître la population de notre province.

Devant ce débordement d’amour entre Ottawa et Fredericton, il ne nous reste qu’à nous souhaiter mutuellement de très joyeuses Fêtes!

Accordez-vous qui disait… c’est si beau l’accordéon!