Je voudrais partager avec vous l’homélie préparée pour la messe des enfants à Noël. Pour l’apprécier, il est préférable de l’écouter avec son cœur d’enfant. On peut alors entrer dans la crèche avec émerveillement.

Ce soir, je voudrais vous raconter un épisode de vie de Mme Bijou. Vous la connaissez? Elle habite en haut de la rivière Pokemouche. Ce n’est évidemment pas le prénom qu’elle a reçu à son baptême. On l’appelle Mme Bijou parce qu’elle a une bague à tous les doigts. Aussi, sur chacun de ses doigts de pieds. Une dizaine de colliers et autant de bracelets sur chaque avant-bras. Pour pouvoir placer toutes ses boucles d’oreilles, elle demandé à son médecin s’il pouvait grossir ses lobes d’oreilles.

Elle aime les bijoux. Mais pas autant que Noël. Elle allume ses lumières très tôt et les laisse jusqu’au carême. Elle a des pâtés prêts à servir toute l’année. Il n’y a pas longtemps, je l’ai rencontrée à la poissonnerie récemment et lui ai demandé si elle était prête pour Noël.

«Toujours prête, M. le curé!»

+++

Cet automne, des enfants jouaient dans la forêt autour de chez-elle. Ils l’ont aperçue étendre son linge sur la corde: un pantalon rouge, un manteau rouge et une tuque rouge. Ils ont pensé que c’était un costume d’Hallowe’en. Mais non! Elle lavait son linge de Noël!

Les enfants étaient surpris: le père Noël habite au Pôle Nord, pas à Maltampec! Elle leur a raconté que son mari (son «chum» je pense!) aidait le père Noël. Les enfants lui ont dit que Noël, ce n’est pas seulement l’histoire de saint Nicolas: n’oubliez pas… les étoiles!

Elle étendait aussi quelque chose qui ressemblait à une grosse chaussette. Puis un tablier. Enfin, une tuque de lutin. Sacrée Mme Bijou! Elle connaît toutes les traditions. Mais elle oublie l’essentiel. Les enfants lui ont crié: Mme Bijou, n’oubliez pas… les étoiles!

Et la voilà en train de placer sur sa ligne des petites camisoles. Des pyjamas! Des couches! Mais personne ne savait qu’elle avait un bébé. La cachotière! Les enfants lui ont demandé de pouvoir le voir. Elle les a fait entrer chez elle.

Ils pensaient pouvoir le bercer, mais elle leur a dit qu’elle n’avait pas d’enfant. Les vêtements étaient ceux de l’Enfant-Jésus de la crèche vivante. Elle aurait pourtant voulu avoir un enfant. Même plusieurs. Pour leur faire des cadeaux à Noël et pouvoir les gâter.
Les enfants ont vu des larmes perler dans ses yeux. Pour la consoler, ils lui ont dit que le plus important, ce n’est pas les cadeaux. Ils lui ont rappelé: n’oubliez pas… les étoiles!

– «Quelles étoiles?», leur demanda Mme Bijou.

– «Celles qui étaient dans le ciel à Noël. Elles brillaient tellement. L’une d’entre-elles a même guidé les Mages jusqu’à l’Enfant.»

– «Mais les plus belles étoiles à Noël, elles n’étaient pas dans le ciel. Elles étaient descendues sur la Terre.»

Elle s’est mise à leur raconter qu’au premier Noël, lorsque le nouveau-né a ouvert les yeux, Marie et Joseph n’avaient rien vu de tel. Ses yeux étaient si beaux! Ronds comme la terre et bleus comme la mer; brillants comme l’éclair et clairs comme l’eau! On aurait dit que l’Enfant avait des étoiles dans les yeux.

Il regardait sûrement autrement que tous les autres hommes avant lui. Il voyait ce qu’aucun œil humain ne peut voir.

Ceux qui Le regardaient avaient aussi des étoiles dans les yeux. Comme lorsqu’on regarde le soleil directement. On ne peut pas fixer une lumière vive trop longtemps. Si on le fait, lorsqu’on ferme les yeux, on voit des étoiles.

Jésus était le soleil du monde. Ceux qui le regardaient voyaient des étoiles. On voyait des étoiles dans leurs yeux. C’était si beau! Les yeux de Marie et de Joseph étaient comme des étoiles! Les yeux des bergers brillaient comme des étoiles! Même les yeux des moutons éclairaient comme des étoiles.

Depuis ce jour, tous ceux qui regardent vers Jésus ont des étoiles dans les yeux. Un petit garçon dit avoir examiné ses yeux dans un miroir; il n’avait pas vu d’étoiles.

Mme Bijou lui a dit: «Tu ne verras pas d’étoiles face à un miroir. C’est en regardant les autres, vers Jésus, que les étoiles s’allument dans les yeux.»

Depuis ce jour, il observe les yeux des autres pour voir s’ils ne verraient pas des étoiles.

À Noël, il en a vu! Des étoiles dans les yeux de ses grands-parents. Dans les yeux d’une de ses matantes qui soignent les malades. Dans les yeux d’un de ses amis, pauvre, qui a reçu un cadeau de Noël dans un panier reçu par sa famille.

+++

C’est donc vrai ce que disait un croyant plusieurs siècles avant Jésus-Christ:

«Qui regarde vers Dieu resplendira» (ps 34, 6).

Pendant l’année nouvelle, tournons nos regards pour faire briller la lumière dans nos yeux. Soyons des phares pour éclairer ceux et celles qui sont dans l’obscurité. Bonne année 2020! N’oubliez pas… d’être étoile!