Le dilemme de Blaine Higgs

Blaine Higgs devra d’ici le printemps décider entre des élections partielles ou des élections générales. Le décès du ministre Greg Thompson dans Sainte-Croix et la démission de Brian Gallant dans Baie-de-Shédiac rendent nécessaire des élections partielles dans ces deux circonscriptions.

Brian Gallant avait en 2018 remporté une victoire facile dans Baie-de-Shédiac avec près de 5000 votes de majorité. Greg Thompson avait pour sa part ramené Sainte-Croix aux progressistes-conservateurs aux dépens des libéraux avec un peu plus de 800 votes de majorité. La bisbille au niveau de l’association de la circonscription combinée avec une candidature vedette pour le People’s Alliance pourraient y diviser le vote au profit des libéraux.

Après avoir longuement hésité, le chef du parti libéral Kevin Vickers a laissé savoir qu’il se présentera dans le château fort libéral de Baie-de-Shédiac dans l’éventualité d’une élection partielle ce printemps. Depuis son couronnement de mai, le leader libéral a été à peu près absent des projecteurs de la scène politique. Pour le moment, c’est le chef du parti vert, David Coon, qui a le plus profité de cette situation.

En déclenchant des élections partielles, Blaine Higgs pourrait permettre aux libéraux de remporter la victoire dans ces deux circonscriptions et fragiliser davantage son gouvernement minoritaire. Le président de la Chambre qui est un libéral pourrait démissionner et retourner sur les banquettes de l’opposition. Dans un tel scénario, le People’s Alliance ne pourrait plus assurer la survie du gouvernement de Blaine Higgs si les verts devaient encore voter du côté des libéraux.

La People’s Alliance a permis aux progressistes-conservateurs de se maintenir au pouvoir avec peu de concessions de ces derniers. Toutefois, la réélection d’un gouvernement progressiste-conservateur majoritaire passe par un appui des francophones. Aussi longtemps que les progressistes-conservateurs seront soutenus par ce parti anti-bilinguisme, il lui sera difficile de faire des gains dans les régions francophones de la province.

L’élection sans opposition de Claude Williams comme président du parti progressiste-conservateur est un bon premier pas pour un rapprochement avec l’électorat francophone. Cet ancien ministre dans les gouvernements de Bernard Lord et de David Alward a représenté pendant plusieurs mandats la circonscription majoritaire francophone de Kent-Sud. Il a la mission difficile de reconquérir des circonscriptions francophones lors des prochaines élections.

L’année 2020 s’annonce décisive pour Blaine Higgs. Son gouvernement pourrait se retrouver avec un siège de moins que les libéraux à la faveur d’élections partielles. Il lui serait difficile, voire impossible, de se maintenir au pouvoir. Pour sa part, une victoire de Kevin Vickers dans Baie-de-Shédiac lui permettrait de siéger à la Chambre et de préparer ses troupes pour des élections générales qui ne sauraient tarder.

Ce scénario s’est produit en 1998 lorsque Bernard Lord avait remporté la victoire lors d’une élection partielle dans Moncton-Est qui avait été représentée pendant près de 25 ans par le libéral Raymond Frenette. Le nouveau jeune chef progressiste-conservateur avait lors des élections générales de 1999 permis à sa formation politique de remporter la plus importante victoire de son histoire.