Un géant

S’en est allé, John Crosbie, un Terre-Neuvien hors pair, inclassable, dans un monde politique devenu tellement terne et politiquement correct que tout élan spontané devient un acte radical.

Ainsi, au lendemain de la tragédie de la destruction, en plein vol, au-dessus de Téhéran, d’un avion de ligne avec 176 personnes à son bord, le monde politique américain «crucifie» le premier ministre Trudeau pour avoir déclaré, avec grand bon sens, que sans l’escalade des tensions entre l’Iran et les États-Unis, ce drame aurait été évité. Je ne peux qu’imaginer le langage musclé de John Crosbie dans une telle situation!

J’ai entamé ma profession de journaliste alors que la pêche à la morue périclitait. J’ai rencontré de nombreux ministres des pêches – certains plus futés que d’autres! – mais aucun aussi direct et solide que John Crosbie.

Le soir de 1992, à Saint-Jean de Terre-Neuve, lorsqu’il annonça qu’il fermait complètement la pêche au poisson de fond, j’étais devant lui, avec un petit groupe de journalistes. Le poids de cette décision se lisait clairement sur son visage. Mais j’ai pris la vraie mesure de l’homme lorsque des pêcheurs désespérés ont commencé à essayer d’enfoncer la porte de la salle où nous nous trouvions.

J’étais terrorisée. Mme Crosbie, assise juste devant son mari, ne devait pas en mener large non plus. C’est alors que le conseiller en communications du ministre a dit: «je pense qu’il faudrait y aller, il y a une porte de derrière.» Personnellement j’étais très heureuse de le savoir! Mais pas John Crosbie. De sa voix tonitruante, il a répondu: «Je n’ai jamais pris une porte de derrière de ma vie! Ouvrez la F… porte!» Ce qui fut fait. Plus morte que vive, j’ai été happée comme mes collègues, par une foule affligée qui ne voulait qu’une chose: crier son désespoir à John Crosbie, messager de l’impensable. Il a encaissé pendant des heures, ce jour-là, et pendant les semaines qui ont suivi.

Même si sur bien des choses nous n’étions pas d’accord, il reste qu’il était un homme et un politicien «au service» de sa province et de son pays, capable de rire de tout et de lui-même, droit comme un «I», dans sa stature comme dans son parcours politique. Respect!