Testicules et soja: le nouveau défi «médical» des réseaux sociaux

On vous prévient tout de suite, cet article n’est pas une blague. Mais il vous passera peut-être l’envie de manger des sushis pendant quelques jours.

Tremper ses testicules dans de la sauce soja, c’est en effet la nouvelle tendance des réseaux sociaux. Les vidéos de ces internautes au caractère bien trempé se multiplient à la vitesse grand V sur Instagram ou la nouvelle plateforme TikTok.

Surtout, n’y voyez rien de sexuel. Les participants disent se sacrifier pour la bonne cause: la science. Pour comprendre, il faut revenir à l’origine de l’affaire.
Tout commence en 2013 avec un article du Daily Mail intitulé: «Les testicules ont des papilles gustatives qui peuvent détecter les saveurs sucrées – et elles sont essentielles pour la fertilité».

D’après ce papier, c’est l’étude des papilles gustatives chez la souris qui aurait mis au jour cette découverte surprenante.

Dans ces travaux, des scientifiques de l’État de Pennsylvanie expliquaient que, bien qu’ils soient loin de la bouche, ces récepteurs sur nos testicules et notre anus peuvent également détecter le goût.

Pour l’auteure de l’article, la journaliste Ruth Styles, les scientifiques se faisaient même très précis, en affirmant que les récepteurs du goût sur les testicules et l’anus sont par exemple capables de déceler le goût savoureux de l’umami, c’est-à-dire l’acide aminé présent dans la sauce de soja.

Si vous voulez plus de détails, sachez que cette équipe du Monell Chemical Senses Center de Philadelphie a publié sa recherche dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Dedans, l’un des chercheurs, Robert Margolskee, reconnaissait que «comme beaucoup de bonnes données scientifiques, nos résultats actuels posent plus de questions que de réponses».

«Nous devons maintenant identifier les voies et les mécanismes des testicules qui utilisent ces gènes gustatifs afin de comprendre comment leur perte conduit à l’infertilité», ajoutait-il.

L’équipe restait toutefois enthousiaste en concluant que leurs résultats révolutionnaires pourraient ouvrir la voie à de nouveaux traitements pour l’infertilité. Voire même à la création d’une pilule contraceptive masculine.

Et c’est là que la Toile s’est emballée.

Mis au défi par une influenceuse, de plus en plus de jeunes veulent participer à l’étude et n’hésitent pas à raconter leur expérience sur le net. Pour quel résultat?

Pour la plupart, la déception est grande. Rien ne s’est passé comme prévu. Mais pour d’autres, ça marcherait. De nombreux Américains prétendent ainsi avoir retrouvé le goût en bouche après cette petite trempette. À moins que…

«Attendez, je ne sais pas si je suis en train de tout imaginer ou si j’ai juste reniflé l’odeur de la sauce, mais c’est dingue!», se questionne un internaute.

Et c’est sûrement là que se trouve la vérité. Car il y a malheureusement de grandes chances pour que ce soit l’odeur de la sauce soja qui ait induit ces internautes en erreur. C’est ce qu’on appelle: en avoir l’eau… ou plutôt le soja à la bouche.

Car une précision importante, si les scientifiques ont bien repéré de nouveaux récepteurs du goût dans les cellules de certains de nos attributs, ils n’en ont jamais conclu qu’on pouvait ressentir le goût d’une saveur par l’intermédiaire de ses testicules. Bref, un nouveau défi internet… bidon donc.

«Les implications fonctionnelles des récepteurs du goût répartis dans le corps sont encore inconnues. Il y a de fortes chances que vous ne goûtiez rien dans vos expériences d’immersion», confirme un chirurgien américain, le Dr Kirten Parekh, sur le réseau TikTok. Même s’il salue la curiosité médicale des jeunes.

«Ce n’est pas parce que vous avez des papilles gustatives dans cette zone que vous pouvez physiquement goûter ces saveurs. Votre corps peut les recevoir, mais vous n’aurez pas un goût perceptif de sucré, d’aigre ou de n’importe quelle autre saveur» dans la bouche, conclut-il sur le site américain de BuzzFeed.

Pour lui, la recherche des chercheurs de Pennsylvanie a plus à voir avec la fertilité masculine et la spermatogénétique, qu’avez le goût et ses façons de le ressentir.

Conclusion, si cette expérience insolite des internautes n’a en réalité que très peu d’intérêt sur le plan scientifique, elle reste certifiée 100% sans danger!

Mais on compatit quand même par avance avec vous si vous retrouvez des petits bols de soja dans la chambre de votre adolescent. Dans ce cas, soyez indulgents et pédagogues!

Pour ma part, j’aurais envie de leur dire: non au gaspillage, et pitié pour les sushis!