Voir clair

Difficile de résister à la spirale de panique qui semble s’être emparée de notre monde depuis l’arrivée du virus COVID-19. Partagés entre le désir de rassurer et celui de nous mettre en garde, les autorités et les médias nous tiennent informés de la moindre évolution des cas. Que les marchés boursiers s’effondrent sous le poids de cette psychose (ne serait-ce que temporairement) ne fait rien, non plus, pour calmer le jeu.

C’est pire encore si, comme moi, vous êtes sur le point de partir en vacances en Europe. À dire vrai, je crains plus la dépression nerveuse (si je ne quitte pas les montagnes de neige de Saint-Jean de Terre-Neuve) que le virus. Beaucoup plus!

Ceci dit, ce virus sur lequel nous n’avons aucun contrôle a ça de bon qu’il nous aide à voir plus clair sur des questions qui semblaient jusqu’alors faire débat. Prenons les soins de santé: qui en ce moment remet en question le coût des hôpitaux? Tout à coup, parce que nous nous sentons menacés et impuissants, on voit d’un autre œil les revendications des médecins et infirmières. On se dit qu’en effet, ils ne sont peut-être pas assez, qu’ils ont des raisons d’être épuisés et au bout du rouleau et on incite nos gouvernements à en faire plus pour les soulager. Cette fois, il y va de notre santé.

Et puis, devant cette pandémie qui ne touche pourtant qu’une petite portion de la population mondiale, se trouve-t-il quelqu’un pour suggérer que, vu les nombres, on pourrait peut-être en faire un peu moins? Pour dire que, comme la majorité des personnes touchées vont s’en remettre et que les plus à risque sont les personnes à la fois âgées et malades, il n’y a pas lieu de déployer tant d’efforts? Et tant d’argent? Personne.

Et pour finir: il y aura, à un moment donné, un vaccin contre ce virus. Est-ce que ceux et celles qui croient que les vaccins causent l’autisme vont le refuser? Plus important encore, est-ce qu’il y aura encore des gens pour accepter, au nom du libre arbitre, que leurs voisins refusent le vaccin au risque de les contaminer avec le COVID-19?

C’est fou comme on voit clair quand on est directement concerné!