COVID-19: nos amis, nos amours, nos emmerdes

Depuis près de dix ans que j’écris sur la santé, je n’ai jamais vu une telle situation. Des épidémies de grippe, de bronchiolite, de SRAS, de MERS j’en ai vues. Mais une épidémie de cette ampleur, avec ce niveau de contagiosité et de panique, jamais!

Je vais être honnête avec vous. Nous serons tous touchés par la COVID-19. De près ou de loin. Pour ma part, c’est déjà de près. J’ai appris samedi que mon frère venait d’être infecté. Il faut dire qu’en France, le pays où il vit, les chiffres ont de quoi affoler. En 24 heures, 36 personnes y sont mortes à la suite d’une contamination et 900 nouveaux cas y ont été détectés. C’est la plus forte hausse quotidienne de cas et de décès répertoriés dans le pays depuis l’apparition du virus.

Pour mon frère, rassurez-vous, il devrait s’en sortir sans trop de problèmes. Il est jeune (la vingtaine) et en bonne santé. J’ai en revanche plus d’inquiétudes pour les aînés. Alors, j’insiste à mon tour, s’il-vous-plaît, respectez strictement les gestes barrières. Et confinez-vous le plus possible.

Si vous ne le faites pas pour vous, faites le au moins pour les autres. Nous sommes tous individuellement le meilleur rempart contre la maladie. Ce week-end par exemple, alors que je partais à la recherche d’une nouvelle location, j’ai visité des appartements d’une façon un peu particulière.

Avec l’agent immobilier, nous ne nous sommes jamais serrés la main, nous avons pris l’ascenseur séparément et surtout il n’a jamais quitté ces gants durant tout le temps des visites.

Je précise que l’agent en question revenait d’un séjour à l’étranger. Et qu’il avait rejoint le Canada la veille de notre rencontre! Vous m’imaginez parano? Pas vraiment.

Je crois que le professionnel qui me faisait les visites était encore plus rassuré que moi par toutes ces précautions.

«Excusez-moi de vous demander ça, mais est-ce que vous avez voyagé récemment dans un pays à risque», me questionna-t-il très rapidement.

Heureusement pour lui, «cela fait près de deux ans que je n’ai pas mis un pied en dehors du Canada», rétorquais-je aussitôt. L’homme fut alors très rassuré et la suite de nos échanges très courtois.

Étant dans la santé depuis longtemps, je ne me suis pas vexé pantoute de ces curieuses précautions. Au contraire.

J’ai trouvé cette personne intelligente et très responsable. J’ai compris par la suite qu’elle avait en réalité très peur de contaminer ses futurs acheteurs et locataires.

De mon côté, je me dis souvent qu’on aura tout le temps de s’embrasser et se serrer les mains une fois l’épidémie de COVID-19 terminée. Avant tout avec nos aînés et les personnes fragiles. En plus, nous avons de la chance, il existe aujourd’hui un magnifique outil, le cellulaire, pour rester en contact avec eux.

N’allez donc pas les visiter pour le moment.

Pour le confinement, redécouvrez les joies de la lecture, des jeux de société, ou regardez la télévision. Toutes ces activités sont très sécuritaires en ces temps difficiles et plus prudentes qu’une réunion dans un café ou un restaurant.
Et si vous n’avez pas le choix, essayez au moins de respecter une «distance sociale»: deux mètres entre chaque personne.

Enfin, j’aurais un dernier conseil à vous donner: pour les fumeurs, il est urgent d’arrêter! En effet, fumer augmente de 50% le risque de développer une forme sévère ou très sévère de la COVID-19, selon une récente étude chinoise publiée dans la revue New England Journal of Medicine.

Cette épidémie peut donc être une bonne occasion (malheureusement) pour prendre de saines résolutions. Cela d’autant plus que vous ressentirez très vite les effets positifs du sevrage tabagique. Par exemple, après huit heures suivant l’arrêt du tabac, le taux de monoxyde de carbone (un gaz toxique) dans le sang revient à la normale.

Résultat, vous serez presque un nouvel humain. Et une personne beaucoup mieux armée pour lutter contre la COVID-19 ou toute autre menace virologique.

Sur ces mots, je vous souhaite à tous une belle semaine. Sans trop de stress (si possible). Rappelez-vous ma chronique de la semaine dernière, restez zen renforce aussi votre immunité!

COVID-19, on t’aura, on t’aura!