Confinement: perdre les kilos pris grâce au thé vert

Près de deux mois que nous sommes confiné(e)s et il y en a une qui boude. Mesdames, autant vous rassurer tout de suite, on ne parle pas de vous. Le féminin est utilisé pour désigner nos balances.

C’est vrai qu’à l’heure actuelle, manger reste souvent une des seules occupations réconfortantes. Et comme les autres, les Acadiens ont fait preuve d’imagination. Gâteaux, pâtisseries, pains, les photos des apprentis cuisiniers ont envahi nos réseaux sociaux. Au plus grand plaisir de nos papilles. Mais pas de notre poids de forme. Alors, maintenant que le déconfinement commence, une obsession nous guette tous: celle de perdre ces kilos superflus. Jamais facile, on sait!

Pour cela, les vieilles méthodes traditionnelles sont efficaces. Elles conjuguent souvent un régime alimentaire équilibré et la pratique régulière d’une activité physique. À ce duo connu, on peut peut-être vous ajouter une nouvelle recommandation. Une boisson populaire vient en effet de démontrer ses capacités à influer sur votre balance.

Il s’agit du thé vert qui pourrait réellement vous délester d’un poids… dans votre perte de poids. C’est ce que vient de confirmer une méta-analyse issue d’endocrinologues du Jinan Municipal Hospital of Traditional Chinese Medicine. Et les résultats sont désaltérants!

À partir de l’analyse des données de 26 essais contrôlés randomisés portant sur un total de 1344 participants, l’équipe de médecins rapporte les avantages d’une consommation régulière de thé vert pour la perte de poids et la réduction du tour de taille. Ça donne soif!

En chiffres, les travaux parus dans Phytotherapy Research et relayés par Santé log révèlent que les personnes ayant consommé du thé vert connaissent une réduction significative du poids corporel de l’IMC.

En moyenne, la consommation régulière de thé vert permettrait une perte de poids supplémentaire de -1,78 kg et une réduction de l’indice de masse corporelle de -0,65 kg / m2. Pas mal honnêtement!

La réduction du tour de taille avec la consommation de thé vert ne serait pour sa part significative que pour les personnes consommant des doses très élevées de cette boisson. Par exemple ≥ 800 mg / jour. Un dosage à manipuler toutefois avec prudence car un des effets indésirables avérés du thé vert est qu’il diminue l’absorption du fer. Et à forte dose, une association avec des risques de toxicité hépatique a déjà été faite.

Chez ces consommateurs assoiffés, la réduction du tour de taille peut atteindre –2,06 cm. Pour résumer, la consommation de thé vert entrainerait la réduction de poids et d’IMC la plus importante lorsque la dose journalière est <500 mg / jour et la durée de douze semaines.

À vos calendriers, balances et calculettes! Cependant, il faut également souligner que le thé vert peut interférer avec certains traitements médicamenteux. Il peut notamment augmenter la toxicité de traitements de chimiothérapie et réduire l’efficacité de la chimio- ou de la radiothérapie. Il est donc plus prudent d’éviter le thé vert le jour du traitement, et les deux jours qui le précèdent et le suivent.

Mais surtout, pour en revenir à nos régimes, le thé vert seul ne suffit pas pour mincir tout en restant en bonne santé. Cette équipe chinoise conseille aussi d’intégrer la consommation de l’infusion aux programmes de perte de poids pour les personnes atteintes d’obésité. «Combiné à une alimentation équilibrée et un exercice physique régulier, le thé vert peut représenter un coup de pouce non négligeable pour la réussite de la prise en charge des patients obèses», conclut l’étude.

Pour rappel, l’obésité correspond à un excès de masse grasse et à une modification du tissu adipeux. Elle résulte de l’intrication de plusieurs facteurs – alimentaires, génétiques épigénétiques et environnementaux – impliqués dans le développement et la progression de cette maladie chronique. Selon la classification de l’OMS, on parle d’obésité lorsque l’IMC d’une personne est ≥ à 30.

En 2017, 64% des adultes canadiens de plus de 18 ans étaient ainsi considérés comme en surpoids ou obèses, selon des chiffres de Santé Canada. Un constat plus qu’inquiétant lorsqu’on sait qu’être en surpoids ou obèse constitue l’un des principaux facteurs de risque évitables de plusieurs maladies chroniques. C’est le cas notamment du diabète de type 2, des maladies cardiaques et de certains cancers.

Nous avons tous un rôle à jouer pour promouvoir un mode de vie sain dans nos familles. Allez tous à vos bouilloires, c’est parti, infusez!