La nécessité d’élections partielles

Les populations de deux circonscriptions électorales du Nouveau-Brunswick ne sont pas représentées à Fredericton depuis l’automne dernier. Comment peut-on expliquer ce manquement important à notre démocratie représentative?

Le décès de Greg Thompson dans Sainte-Croix et la démission de Brian Gallant dans Baie-de-Shediac-Dieppe ont permis de constater une grave lacune dans la Loi électorale provinciale. La directrice générale des élections recommandait dans un rapport soumis en juin 2019 d’amender la Loi sur les élections provinciales afin que des élections partielles puissent se tenir obligatoirement dans les six mois d’une vacance occasionnée par le décès ou la démission d’un député. Cette recommandation est restée lettre morte depuis.

Empêtré dans les incertitudes de la gestion de son gouvernement minoritaire, Blaine Higgs n’était pas pressé de déclencher des élections complémentaires dans Sainte-Croix et Baie-de-Shediac-Dieppe. Le château fort libéral de Baie-de-Shediac-Dieppe étant acquis aux libéraux, il n’en est pas de même dans Sainte-Croix qui était détenu également auparavant par les libéraux avant que cette circonscription stratégique ne soit remportée par les progressistes-conservateurs lors des élections de 2018.

Après avoir renoncé au déclenchement d’élections partielles à l’automne 2019 dans les deux circonscriptions concernées, Blaine Higgs annonçait la tenue de celles-ci au printemps 2020. L’arrivée de la COVID-19 l’a incité à décaler ces élections le 15 juin prochain pour ensuite les repousser à nouveau. Avec la pandémie qui sévit encore dans la province, les populations de Baie-de-Shediac-Dieppe et Sainte-Croix devront prendre leur mal en patience.

Il n’est pas acceptable que ces populations soient sans représentant pour plus d’un an. La COVID-19 semble avoir le dos large. La phase trois de la gestion de la pandémie aurait dû permettre les élections partielles qui étaient programmées pour le 15 juin. À titre de comparaison le deuxième tour des élections municipales en France, lequel avait été reporté en raison de la COVID-19 auront lieu le 28 juin prochain.

Étant donné le gouvernement de Blaine Higgs semble vouloir continuer à se traîner les pieds, les députés de l’opposition à l’Assemblée devraient dès maintenant déposer un projet de loi pour mettre en œuvre la recommandation de la directrice générale des élections afin que toute élection partielle puisse se tenir dans un délai maximum de 6 mois.

Comme le leader libéral, Kevin Vickers, a promis de se présenter dans Baie-de-Shediac-Dieppe lors d’éventuelles élections partielles qui tardent à venir, c’est des galeries du public qu’il devra assister aux débats qui doivent de reprendre sous peu à Fredericton. C’est fort dommage puisqu’il aurait été intéressant de voir celui-ci à l’œuvre.

Les événements de la COVID-19 ont permis de constater le travail essentiel des députés auprès de leur population. Lorsqu’il faut composer avec les lourdeurs bureaucratiques, le député est très souvent une personne ressource essentielle pour les plus démunis. Contrairement aux électeurs des 47 circonscriptions provinciales qui ont pu être aidés dans ces temps difficiles de la COVID-19, ceux de Sainte-Croix et de Baie-de-Shediac-Dieppe ont dû se résigner à se débrouiller tant bien que mal en l’absence d’une représentation adéquate.