Le Restigouche, un modèle de compassion et de solidarité

Jeudi dernier, un octogénaire de la région de Campbellton, Daniel «Ti-Dan» Ouellette, est décédé à la suite de son infection à la COVID-19. Il demeurait au Manoir de la Vallée à Atholville, où plusieurs résidents ont été infectés à la suite d’une visite au Québec d’un professionnel de la santé, le Dr Jean-Robert Ngola.

Il s’agit malheureusement du premier décès dû au coronavirus dans notre province.

De tout ce qui a été écrit à ce sujet, je retiens les propos de son fils, Michel, et je cite: «C’est une maladie terrible, je ne souhaite pas ça à personne. On souhaite sincèrement que ce soit la première et la dernière victime de la province.»

Beaucoup de compassion venant d’un membre d’une famille éprouvée.

Nos plus sincères sympathies à la famille Ouellette.

Comme il l’a lui-même confirmé dans les médias, le Dr Ngola ne s’est pas auto-isolé à son retour du Québec comme l’exigent les directives de la Santé publique.

Il était allé chercher sa petite fille de 4 ans, sa mère ayant quitté le pays. Un trajet aller-retour de 24 heures a-t-il expliqué à Radio-Canada.

Nous pouvons comprendre ce geste d’un père de famille. Toutefois, s’il en avait parlé à son employeur au préalable, il est fort possible qu’une autre solution aurait pu être trouvée. Une solution qui présentait moins de risques pour la santé de ses patients.

Sa petite fille de 4 ans et lui-même ont testé positif à la COVID-19.

À son retour, il a vu plusieurs patients et une éclosion de cas est survenue dans le Grand Campbellton.

En date de samedi, 16 cas avaient été diagnostiqués, un décès est survenu, et quatre patients étaient hospitalisés.

Le Dr Ngola a été suspendu par le Réseau Vitalité et une enquête de la GRC tentera de faire la lumière dans ce dossier.

À la suite de l’éclosion, des propos racistes à l’égard du Dr Ngola ont fait surface dans les médias sociaux.

Ils n’ont pas place dans notre société et sont extrêmement regrettables.

Il est un être humain et a droit à notre compassion. Sa petite fille aussi.

Les maires de la région ont aussi fait appel au calme et à la compassion envers le médecin et sa fille.

À la suite de cette éclosion de cas, près de 3000 citoyens et citoyennes du Restigouche se sont prêtés à un test de dépistage. Et environ 300 se sont auto-isolés pour prévenir la propagation du virus.

De beaux gestes de compassion et de solidarité envers leurs concitoyens, concitoyennes et les personnes âgées.

Heureusement, les efforts déployés par les autorités provinciales pour retracer les patients ayant été en contact avec le médecin semblent avoir réussi à empêcher la propagation du virus dans nos communautés.

Nous ressentons tous de la compassion pour les gens du Restigouche qui vivent présentement des moments difficiles. Leur niveau de déconfinement a été ramené à la phase orange ce qui les prive de plusieurs services et libertés.

Ce virus hautement infectieux a vraisemblablement été importé du Québec.

Il est omniprésent tout près de nous, en Gaspésie et dans le Bas-Saint-Laurent.

En fait, à environ 70 km de Campbellton, dans la petite municipalité de Maria, une cinquantaine de cas ont été diagnostiqués depuis le début de la pandémie.
Pas étonnant que le gouvernement provincial ait fermé nos frontières aux visiteurs québécois.

Toutefois, à compter du 19 juin, ceux et celles qui possèdent de la famille au Nouveau-Brunswick ou une résidence secondaire pourront venir visiter leurs proches et y passer l’été.

Ils devront cependant s’auto-isoler pendant une période de 14 jours à leur arrivée.

La contribution des professionnels de la Santé en temps de pandémie est souvent soulignée dans les médias sociaux.

Mais, à mon avis, les héros de cette crise incluent aussi ceux et celles d’entre vous qui faites votre part pour empêcher la propagation du virus, en particulier les gens du Restigouche.

À mon avis, le Restigouche est un modèle de compassion et de solidarité en ces temps de pandémie.

Bonne semaine à tous.