Travail à domicile: la perception des collègues non-télétravailleurs

Lorsqu’un employeur décide de mettre en place le travail à domicile au profit de certains de ses employés, il oublie, parfois, de prendre en compte la vision des collègues qui ne peuvent ou ne souhaitent pas télétravailler.

L’un des premiers défis dans la mise en place du travail à domicile est de déterminer les missions et les métiers télétravaillables, mais aussi les personnes capables de faire preuve d’autonomie dans leur travail. L’employeur peut être amené à ne pas l’autoriser, voire à le refuser à certains employés. L’un des risques est de créer des frustrations ou des jalousies entre collègues. Pour éviter ces difficultés, l’employeur doit communiquer sur les critères d’octroi du travail à domicile et bien justifier les refus.

Le travail à domicile peut être aussi sujet à moqueries si les collègues non-télétravailleurs ont été mal informés sur le sujet. Ils peuvent percevoir les télétravailleurs comme des privilégiés qui vont rester chez eux et ne rien faire, alors qu’eux vont devoir travailler et, sans doute, deux fois plus pour compenser leur absence.

La perception du travail à domicile par les autres employés n’est pas à négliger. Cette pratique modifie la relation de travail des télétravailleurs avec leurs collègues. Les employés ne pratiquant pas le télétravail, jouent un rôle important, puisqu’ils sont une source d’informations informelles très utiles aux télétravailleurs pour le bon déroulement de leur activité professionnelle.

Le fait de travailler à distance peut remettre en cause le lien qui unit les collègues de travail au sein d’une même organisation. Une bonne communication et de la transparence dans la mise en place du travail à distance par l’employeur permettent d’éviter ces situations.

Lorsque la mise en place du travail à domicile est accompagnée d’une bonne stratégie de communication, la plupart des collègues comprennent mieux ses bienfaits. Ils ne voient pas de différences entre une journée télétravaillée et une journée de travail réalisée dans l’entreprise, tant sur le point de la réactivité, comme sur le plan de la réalisation de leurs missions.

Les collègues qui ne télétravaillent pas, peuvent même commencer à apprécier ce dispositif, car ils s’aperçoivent que pendant les jours télétravaillés, il y a, de fait, moins de monde au bureau. Leur propre environnement de travail devient alors plus calme, plus agréable et idéal pour se concentrer. Le télétravail peut donc avoir des répercussions positives, y compris sur ceux qui ne télétravaillent pas. Le dispositif peut même donner envie à ces personnes de formuler une demande pour travailler à leur propre domicile quelques jours par semaine.

Le confinement a modifié les perspectives sur le télétravail de celles et ceux qui n’en avaient jamais fait en mettant fin aux idées reçues qu’ils pouvaient avoir sur le sujet. À la suite du déconfinement, certains souhaiteront travailler à leur domicile, d’autres ne voudront plus en refaire, mais en tous les cas, la période de pandémie aura eu pour effet que chacun comprend désormais mieux le quotidien d’un télétravailleur.