Une chance que l’ironie ne tue pas

Blaine Higgs songe à déclencher des élections provinciales anticipées. Elles pourraient avoir lieu dès cet automne.

L’élément suivant fait partie de son analyse: il ne veut pas laisser trois circonscriptions décider du sort de son gouvernement.

Oui oui, vous avez bien lu. Une chance que l’ironie ne tue pas, hein?

Laissez-moi vous rappeler de ce qui s’est passé il y a moins de deux ans, une éternité en politique.

Lors des élections du 24 septembre 2018, les libéraux ont clairement remporté le vote populaire à l’échelle provinciale. Ils ont récolté environ 22 000 votes de plus que les bleus.

Ils ont cependant fait élire un député de moins que les progressistes-conservateurs. Brian Gallant a essayé de s’accrocher au pouvoir par tous les moyens, sans succès.

En novembre 2018, son gouvernement est tombé lorsque son discours du Trône a été défait par une marge de deux votes. Blaine Higgs a ensuite réussi à s’imposer avec l’aide de la People’s Alliance.

Bref, si Blaine Higgs est le premier ministre aujourd’hui, c’est grâce à deux circonscriptions. C’est donc très drôle de l’entendre dire qu’il ne veut pas que le sort de son propre gouvernement soit décidé par trois circonscriptions.

Appelons un chat un chat. Blaine Higgs trône en tête des sondages. Il voit bien que Kris Austin et Kevin Vickers sont vulnérables. Il se dit sans doute que c’est sa chance. C’est tentant en titi, ça se comprend.

C’est tout à fait normal et je ne lui reproche pas d’avoir de l’ambition. Mais ce serait quand même bien qu’il ne nous prenne pas pour des valises.

S’il veut plus de pouvoir et qu’il sent que le contexte est propice, soit. Il a tout à fait le droit de déclencher des élections.

Mais pour l’amour, qu’il ne n’essaie pas de nous faire croire qu’il se soucie soudainement de l’importance de l’opinion de tous les électeurs.