«Deviens ce que tu es.» – Nietzsche

Imaginez une société où les enfants ont la capacité de s’interroger sur les grandes questions de la vie. Imaginez des adolescents qui savent méditer le sens de leur existence. Imaginez de jeunes adultes qui saisissent la nature de l’humanité et du monde qui les entoure. Imaginez des personnes âgées qui, munies d’une grande sagesse, sont libérées de la peur que peut engendrer l’approche de la mort.

Voilà ce que j’ai visualisé en découvrant un livre sur la philosophie avec les enfants. Le mot philosophie veut dire l’amour de la sagesse. L’idée d’utiliser des questions philosophiques pour développer la pensée critique des enfants et pour les encourager à réfléchir librement m’enchante. En lisant, je visualisais une société avisée et pacifique.

Miniatelier philosophique

L’auteur du livre qui m’a inspiré cette chronique organisait des ateliers pour enfants et leur posait des questions philosophiques simples. J’ai voulu tenter l’expérience – à bien plus petite échelle. Entourée d’un groupe d’enfants âgés de 5 à 13 ans, je me suis lancée. Nous avons commencé par une courte méditation afin qu’ils soient dans un état d’esprit clair et calme. Je leur ai ensuite posé des questions, tirées du livre, sur une variété de thèmes tels que le bonheur, l’amitié, la violence comme réponse à la violence, le sens de la vie, etc. Je vous présente une de ces questions ainsi que les réponses obtenues:

«Qu’est-ce qu’une vie réussie?»

«C’est accomplir tes rêves – même quand tu ne penses pas y arriver.»

«À la fin de ta vie, tu regardes comment tu as été, tes choix et ce que tu as accompli: là, tu as ta réponse.»

«Il y a des gens qui pensent que c’est avoir beaucoup d’argent, mais c’est avoir confiance en soi, avoir surmonté des moments difficiles et avoir de l’amour.»

«C’est atteindre ton objectif, la raison qui fait que tu es ici sur Terre, comme par exemple aider les gens. Si tu es proche de la mort et que tu as atteint ton objectif, bien, tu as réussi et tu es en paix pour partir.»

«C’est être respectueux et gentil avec les autres, être ouvert aux idées des autres.»

«C’est faire un travail que tu aimes. Et aussi, si tu crois dans tes rêves, tu vas aller loin dans la vie.»

«Pff… C’est trop difficile ces questions-là! Euh… Euh… Euh… C’est s’amuser – même avec des personnes qu’on ne connaît pas.»

Merci à mes philosophes de petite taille: ils ont évoqué la mission de vie, l’ouverture à l’autre, la réalisation des rêves, l’entraide, le plaisir, l’accomplissement et j’en passe. Leurs réponses ont fait surgir dans mon esprit de nombreuses réflexions.

Ces questions, finalement, sont plutôt complexes. Or, peut-être que plus on y met de simplicité, plus on se rendra à l’essentiel…
Aiguisons notre esprit critique!

Lenoir, F. (2016). Philosopher et méditer avec les enfants. Paris: Albin Michel.

Défi de la semaine

Autour d’un repas, proposez une question philosophique à votre famille ou à vos amis, et ce, peu importe l’âge des convives.