Le fils d’un père célèbre avec les Tigres

Bien qu’elle soit passée inaperçue lorsque complétée le 27 juillet dernier, les Tigres de Campbellton ont procédé à une transaction qui pourrait avoir un impact immédiat lorsque les activités démarreront dans la Ligue de hockey junior des Maritimes.

Le nouveau directeur général des Tigres Kevin Mitchell a ainsi acquis l’attaquant Tobias Commanda Odjick du Blizzard d’Opaskwayak Cree Nation, en provenance du Circuit junior A du Manitoba. Il a cédé en retour le défenseur à caractère défensif Thomas Dodds, ainsi que des considérations futures.

Pour ceux et celles qui se posent la question, Tobias Commanda Odjick est bel et bien le fils de l’ancien joueur de la Ligue nationale Gino Odjick.

S’il n’est pas aussi costaud que son célèbre père, qui faisait osciller le pèse-personne à 216 livres du haut de ses 6 pieds 3 pouces dans ses belles années avec les Canucks de Vancouver, Tobias a toutefois hérité de sa fougue comme en témoignent ses 109 minutes de pénalités en 33 rencontres la saison dernière. L’attaquant de 5 pieds 11 pouces et 181 livres a aussi contribué six buts et 12 passes pour 18 points.

Âgé de 19 ans, Tobias Commanda Odjick en sera à sa dernière campagne junior puisqu’il célébrera ses 20 ans le 18 décembre.

«C’est un jeune qui possède des habiletés offensives, m’a révélé Kevin Mitchell en entrevue téléphonique. Il pratique un style de jeu qui ressemble à celui de Max McPeak qui jouait pour nous la saison dernière. C’est aussi un jeune qui a du caractère et qui apporte du leadership. Il a dû composer avec une blessure à une jambe l’an dernier, mais il est complètement rétabli. Nous croyons que Tobias va se joindre à notre top 6 à l’attaque.»

Vous pouvez donc déjà parier que l’entraîneur-chef Sandy McCarthy, qui a déjà eu maille à partir à quelques reprises avec Gino à l’époque qu’il portait les couleurs des Flames de Calgary, sera tenté d’utiliser le fils de son ancien rival avec les Coleton Perry, Maxime Charest, Riley Bezeau et Joey Walker, entre autres.

Connor Richard, Sam McKinney, Sam Dow, Josh Crooks, Liam Best et Frédéric Castonguay sont parmi les joueurs importants qui sont attendus au camp. À noter toutefois que Richard et Dow ont de bonnes chances de graduer avec les Wildcats de Moncton. Et c’est aussi la même chose du côté de McKinney avec le Titan d’Acadie-Bathurst.

Devant les buts, les Tigres sont solides avec les vétérans Tristan Gray et Isaak Pelletier.

À moins d’avis contraire, les Tigres entameront leur camp d’entraînement le 11 septembre. Environ 36 joueurs sont attendus.

La MHL envisage de démarrer la saison 2020-2021 le vendredi 2 octobre.

La saison de la LHJMQ repoussée?

Même si au moment de lire ces lignes les plans sont toujours de démarrer le 1er octobre, je m’attends à ce que la LHJMQ fasse volte-face et annonce dans les prochaines heures qu’elle repousse d’au moins deux mois le début de la saison 2020-2021.

Honnêtement, je ne vois vraiment pas comment la LHJMQ pourrait éviter d’imiter les deux autres entités de la Ligue canadienne de hockey (LCH), soit l’OHL et la WHL. Rappelons que le circuit ontarien et celui de l’Ouest du pays ont annoncé la semaine dernière qu’elle prévoyait lancer leur saison au début de décembre.

En reportant la saison de deux mois, la LHJMQ pourrait ainsi améliorer ses chances de voir les joueurs américains traverser la frontière. Actuellement, c’est aussi bien dire mission impossible. C’est sans oublier que les prochains mois pourraient également régler d’autres problèmes liés à la pandémie tels que la distanciation. Pourvu, bien sûr, que les choses aillent en s’améliorant.

Cela dit, j’ai beaucoup de difficulté à croire que les trois ligues pourront disputer des saisons de plus de 60 parties en approximativement 150 jours. Ne serait-ce que pour éviter un fiasco inévitable avec les études, je doute fort que les parents des joueurs acceptent de voir leurs jeunes jouer aux deux soirs. C’est sans oublier que surtaxer les joueurs ne va qu’augmenter le risque des blessures.

Grosse saison à prévoir

Si jamais la LHJMQ va de l’avant avec un calendrier de 60 parties, je prévois qu’au moins sept Néo-Brunswickois parviendront à amasser plus de 40 points.

Les joueurs en question sont Adam McCormick (Woodstock) et Cole Huckins (Fredericton) chez le Titan d’Acadie-Bathurst, Anderson MacDonald (Quispamsis), Josh Lawrence (Fredericton) et Peter Reynolds (Fredericton) du côté des Sea Dogs de Saint-Jean, Lukas Cormier (Sainte-Marie-de-Kent) avec les Islanders de Charlottetown, ainsi que Cole Cormier (Dieppe) des Remparts de Québec.

Même que je ne serais pas surpris si Dawson Stairs (Fredericton) des Sea Dogs et Jaxon Bellamy (Hampton) du Phoenix de Sherbrooke se joignent au groupe.

En fait, je n’oserais même pas parier contre les chances de Drew Elliot (Musquash) des Islanders, Samuel Savoie (Dieppe) des Olympiques de Gatineau et Evan Nause (Riverview) des Remparts d’atteindre ce plateau.

C’est vous dire à quel point la prochaine saison s’annonce intéressante pour nos talents locaux.

Jeff LeBlanc de retour à Amherst

Les Ramblers d’Amherst ont annoncé le mois dernier qu’ils avaient prolongé le contrat de leur directeur général Jeff LeBlanc et de leur entraîneur-chef Doug Doull jusqu’en 2022-2023.

Jeff, qui est originaire de Moncton, en sera déjà à sa sixième campagne à Amherst et à sa 11e dans la MHL. Et croyez-le ou non, il n’a raté les séries qu’une seule fois lors des 10 dernières saisons.

Je vous rappelle qu’il a auparavant dirigé les défunts Commandos de Dieppe pendant cinq saisons. Il a mené les Commandos à la conquête d’une coupe Kent et à une finale de la coupe Fred Page.

J’ai beaucoup de respect pour Jeff que j’ai appris à connaître à l’époque qu’il portait les couleurs des Voltigeurs de Drummondville puis des Remparts de Québec à la fin des années 1990. Il était alors l’un des joueurs les plus coriaces de la LHJMQ.