Des Nouveaux mutants qui n’ont rien d’extraordinaire

L’accouchement de certains films est parfois long et laborieux à Hollywood. En cette matière, The New Mutants (en salle depuis le 28 août) constitue probablement un record du monde.

Les nouveaux mutants ont fait leur apparition dans l’univers littéraire Marvel au début des années 1980 sous la plume du grand Chris Claremont.

La série portait sur une nouvelle génération d’êtres dotés de super pouvoirs qui prenait la place des mutants classiques devenus adultes (Wolverine, Storm, Rogue, etc.) à l’école du Professeur X.

Si aucune de ces nouvelles recrues n’est parvenue à s’imposer dans la culture populaire, leurs aventures ont fait les frais de nombreuses séries de bandes dessinées au cours des quatre dernières décennies.

Le cinéaste Josh Boone a grandi avec ces nouveaux mutants. En 2015, il a proposé un synopsis aux studios Fox qui mettait en vedette les héros de sa jeunesse.

Quelques mois plus tard, le projet obtenait le feu vert et un contrat était signé. Et c’est là que les ennuis ont commencé…

Deux années complètes ont d’abord été nécessaires pour pondre un scénario digne des attentes de Fox. Au final, pas moins de 13 personnes y ont contribué, dont une équipe spéciale qui, à un certain moment, a eu le mandat de tout reprendre de zéro.

Le tournage a débuté en juillet 2017 à Boston. Le produit final n’a pas plu à Fox, qui a repoussé la sortie du film et qui a ordonné le tournage de nouvelles scènes.

Prévue pour le 13 avril 2018, la sortie du film a ensuite été repoussée à deux reprises pour éviter que The New Mutants soit en compétition avec deux autres films financés par Fox, Deadpool 2 et X-Men: Dark Phoenix.

Entre temps, Disney a acheté Fox, qui a à son tour exigé des changements au film – jugé trop terrifiant – et qui en a reporté la sortie afin de ne pas faire ombrage à ses propres projets.

La COVID-19 a alors frappé et des rumeurs ont circulé voulant que The New Mutants ne verrait jamais le jour ou qu’il serait offert directement en ligne.

Le film a finalement été lancé le 28 août, deux ans et demi plus tard que prévu!

Sombre clinique

The New Mutants raconte l’histoire de Danielle Moonstar (la nouvelle venue Blu Hunt), une jeune Cheyenne qui aboutit dans une clinique spécialisée après avoir été la seule survivante d’une tempête qui a tué tous les habitants de sa réserve.

Sur place, elle fait la connaissance de Illyana (Anya Taylor-Joy), Sam (Charlie Heaton, de Stranger Things), Rahne (Maisie Williams) et Roberto (Henry Zaga), quatre jeunes mutants qui ont du mal à maîtriser leurs pouvoirs.

Parce qu’ils sont jugés dangereux pour la population et pour eux-mêmes, ils sont enfermés dans la clinique. On leur fait miroiter un congé uniquement quand ils pourront contrôler leurs habiletés.

Les choses basculent toutefois quand Danielle fait son arrivée. Les jeunes pensionnaires multiplient les cauchemars. Ils commencent également à douter de leur sécurité, de même que des réelles motivations de ceux qui les gardent prisonniers…

Horreur ou romance?

Le gros problème avec The New Mutants, c’est qu’il tente d’être deux films à la fois: un qui s’adresse aux fanatiques d’horreur et un autre aux jeunes adultes amateurs de romantisme et de bons sentiments (adeptes de The Fault in Our Stars, l’oeuvre précédente de Boone).

Et force est de constater qu’il échoue dans les deux cas. On a en effet droit à quelques événements supposés terrifiants, le tout entrecoupé de moment de tendresse et de mièvres scènes d’introspection.

Imaginez Twilight, sans l’aspect nouveauté. Avec, comme dans la série de films adaptés des romans de Stephenie Meyer, un personnage qui se transforme en chien et un fort penchant pour la philosophie autochtone…

Dire qu’à l’origine, Boone voulait créer un film unique inspiré de classiques comme The Exorcist et The Shinning. Il se voyait comme un pionnier à titre de réalisateur du premier film de super héros d’horreur.

L’ingérence de Fox et Disney en aura décidé autrement.

Boone a d’ailleurs confié récemment que The New Mutant avait été extrêmement difficile à tourner, alors qu’il a dû rendre accessible aux adolescents ce qui devait être un film d’épouvante réservé aux adultes.

La seule partie la moindrement intéressante de son opus est le mystère entourant la tragique première fois ou chacun des cinq mutants a eu recours à ses pouvoirs.

Malheureusement, l’idée a déjà été exploitée – et beaucoup mieux rendue – dans les premiers films de la franchise X-Men, au début des années 2000.

Ennuyeux, générique, dépourvu de subtilité, prévisible et porté par des dialogues très peu inspirés, The New Mutants a vécu dans le purgatoire hollywoodien pendant plus de trois ans et aurait peut-être mieux fait d’y rester.

(2 étoiles sur 5)