Vers une relance économique post-COVID au N.-B.

Alors qu’une deuxième vague de la COVID-19 sème des ravages sur son passage dans les autres provinces canadiennes, le Nouveau-Brunswick et les autres provinces de la «bulle atlantique» voguent tranquillement vers une reprise de toutes leurs activités économiques, culturelles et récréatives.

Comme le dit la vieille expression «touchons du bois», en gardant nos frontières fermées au reste du pays et aux États-Unis, nous devrions pouvoir reprendre toutes nos activités normales d’ici le printemps prochain.

Un vaccin (ou plusieurs) sera vraisemblablement disponible au cours de l’hiver prochain et nous devrions pouvoir nous sortir de cette crise dès le retour des hirondelles.

Depuis que nous sommes passés à la phase jaune, la majorité de nos entreprises ont rouvert leurs portes et la plupart des services sont maintenant offerts à la grandeur de la province. En fait, les experts estiment que notre économie tourne environ à 95% de son rythme prépandémie.

Bien que les économistes de la Banque de Montréal prédisent une reprise économique importante au Nouveau-Brunswick, en 2021, Ottawa et Fredericton devraient s’assurer que celle-ci se produise à la grandeur de la province et que les régions rurales ne soient pas oubliées.

Quelques jours avant la déclaration de l’état d’urgence, en mars dernier, une centaine d’experts, leaders communautaires et champions régionaux s’étaient réunis à Beresford pour développer un Plan d’action pour renouveler l’économie régionale du nord de la province.

Intitulé «Symposium Vision du nord 2020», cette rencontre était sous la direction de M. Denis Caron, PDG du Port de mer de Belledune.

M. Caron était aussi président du Comité d’ajustement provincial chargé de faire des recommandations au ministre du Travail afin de relancer l’économie de la région Chaleur à la suite de la fermeture de la fonderie de Belledune et de la mine Brunswick.

Le Comité a depuis soumis sept recommandations à la province. Deux de celles-ci pourraient bien faire partie des plans de relance économique post-COVID du gouvernement provincial et d’Ottawa. En fait, les municipalités pourraient également s’en inspirer pour stimuler leur croissance économique respective.

Une première recommandation visait à introduire des incitatifs fiscaux pour favoriser la mise sur pied de nouvelles entreprises et la création de nouveaux emplois par les entreprises existantes.

Une deuxième recommandation portait sur la création d’une stratégie de transports intermodale qui favoriserait l’approvisionnement de matières provenant de l’étranger et l’exportation de nos produits vers les marchés européens, nord-américains et asiatiques.

D’autre part, le Discours du trône fédéral de mercredi dernier prévoyait d’augmenter la cadence des programmes d’infrastructure pour contribuer à la relance économique post-COVID. Les trois paliers de gouvernement pourraient ainsi canaliser leurs efforts pour favoriser la réfection et l’expansion de nos infrastructures économiques tels les moyens de transport, l’internet à haute vitesse et l’infrastructure municipale.

Des annonces pourraient être faites sous peu. Le Port de Belledune pourrait même faire la manchette, car ses dirigeants n’ont pas chômé depuis la déclaration de l’état d’urgence.

Par ailleurs, nous connaîtrons demain le nom des ministres du Développement économique et du Travail qui prêteront serment à Fredericton. Une de leurs premières tâches sera de réagir au Plan d’action soumis par le Comité d’ajustements de la région Chaleur.

Je profite de l’occasion pour féliciter ceux et celles qui seront nommés ministres demain et je souhaite un bon mandat à Daniel Allain, député de Moncton-Est, qui sera sans doute du nombre des nouveaux ministres.

Vous lisez aujourd’hui ma dernière chronique dans L’Acadie Nouvelle. Après avoir signé plus de 500 éditoriaux et chroniques depuis les années 1990, l’heure est arrivée de laisser la place à une nouvelle génération d’analystes, de commentateurs et de commentatrices.

Je voudrais profiter de l’occasion pour remercier tous ceux et celles qui m’ont aidé au fil des ans à vous transmettre des propos que j’espère avoir été pertinents, surtout depuis le début de la pandémie. En particulier, un gros MERCI à tous ceux et celles qui ont révisé mes textes et suggéré des améliorations pour les rendre le plus intéressants possible.

Et, évidemment, bonne semaine à tous.