Masque obligatoire: un flou à la Higgs

Blaine Higgs a fait le point sur le port obligatoire du masque dans les lieux publics, vendredi dernier, lors de sa première conférence de presse sur la COVID-19 depuis les élections.

Est-ce que ça s’en vient? Oui… mais pas tout de suite. Peut-être dès le 8 octobre. Ou plus tard. Ou pas du tout. Ça dépendra du respect des consignes.

Je ne sais pas pour vous, mais je suis mêlé en titi. Et je ne vois pas ce que le premier ministre a voulu accomplir en laissant planer le doute sur ses intentions.

A-t-il essayé de préparer le terrain à l’adoption de cette mesure coercitive? Ou a-t-il simplement voulu se garder un brin de marge de manoeuvre juste au cas? Je n’en ai pas la moindre idée.

Cela dit, ce n’est vraiment pas la première fois que Blaine Higgs ne parvient pas à faire passer clairement un message et que ses explications partent un peu dans tous les sens.

Ça lui cause parfois des problèmes, entre autres lorsque ce qu’il dit est interprété tout croche par les journalistes.

Croyez-moi quand je vous dis que moi et mes collègues faisons de notre mieux. Nous n’avons aucun intérêt à publier des reportages flous ou qui déforment le sens des propos du premier ministre. Mais ça arrive de temps en temps bien malgré nous.

À la défense de Blaine Higgs, il n’a pas peur de faire face à la presse et n’est pas avare de son temps. C’est d’ailleurs l’une de ses grandes qualités, même s’il pratique la langue de bois comme tous les politiciens.

Mais il se rendrait un grand service (à lui-même et à nous tous) en s’exprimant plus clairement et en évitant de s’éparer comme il le fait si souvent.

Ça ne lui ferait pas de tort, surtout alors qu’il s’apprête profiter de sa majorité pour mettre en œuvre son programme sans craindre d’être défait à tout moment.