Une piqûre de rappel

Pour tous ceux qui nous abrutissent sur les réseaux sociaux avec leurs théories du grand mensonge complotiste qu’est la pandémie de la COVID-19, qui nous affirment que la situation n’est pas aussi grave que ça, qui citent le docteur Raoult nous assurant que le virus est bien affaibli, les derniers cas dans la région de Moncton ont de quoi faire réfléchir.

Pour nous tous, membres de cette bulle atlantique soi-disant aseptisée, l’éclosion de Moncton doit servir de rappel: 13 résidents d’un foyer de soins, 4 travailleurs du foyer et 2 proches des résidents infectés dans un seul et unique endroit et voilà que tout à coup on identifie aussi un grand magasin et un restaurant comme foyers d’infection potentiels! En moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, le virus est donc passé d’un seul lieu d’infection – le Manoir Notre-Dame – à deux endroits très fréquentés où les candidats à la COVID-19 sont légions et quasiment impossibles à retracer.

Ce qui m’amène à constater que si, au Nouveau-Brunswick, comme dans ma province de Terre-Neuve-et-Labrador, le public était obligé de porter un masque dans les endroits publics comme les supermarchés et même dans les restaurants tant qu’on n’est pas installé à une table, on serait peut-être moins inquiet de l’impact de cette éclosion.

Bref, on n’est pas débarrassé du virus! Et le plus dangereux – en plus de croire toute la mésinformation et la désinformation colportées librement dans tous les réseaux – c’est sans doute de se croire à l’abri du pire dans notre petite cellule atlantique et de décider de reprendre une vie dite «normale». Je crains fort qu’aucune normalité ne soit au programme avant l’année prochaine et l’arrivée probable du vaccin.

Et parlant vaccin, préparons-nous là aussi à une campagne impitoyable contre la vaccination, truffée de mensonges, d’invectives et d’insultes. 2020 a été une année particulièrement difficile et, à mon avis, 2021 se présente mal.