Petites balades poétiques et chansons d’hiver

Je vous propose une incursion dans le plus récent recueil d’Hélène Harbec, figure importante de la poésie en Acadie, ainsi qu’une ambiance hivernale avec le nouvel album de Pierre Lapointe.

Jusqu’à quand un petit art de vivre, Hélène Harbec

Dans son 6e recueil, la poète de Moncton nous entraîne dans ses balades quotidiennes à travers la ville en posant son regard attentif à tout ce qui l’entoure. L’écrivaine vagabonde note les détails, les petits gestes, les mouvements quotidiens pour nous décrire de façon poétique sa réalité, celle d’une promeneuse et observatrice du monde.

Ce recueil contemplateur qui se déploie en dix chapitres et sur plusieurs saisons est plein de finesse à l’image de l’ensemble de l’oeuvre d’Hélène Harbec. Tout comme dans son récit Chambre 503 (2009), dans lequel une femme accompagne son père en fin de vie, elle regarde le monde avec sérénité. Elle a le don de capter le lecteur par les menus détails tout en révélant la beauté des petites choses simples de la vie.

Elle cherche à alimenter cet art de vivre pour y donner un sens. Il n’y a pas grand-chose qui se passe. Sa poésie prend plutôt sa force dans sa manière d’observer la vie autour d’elle, que ce soit l’araignée se faufilant dans un coin du mur ou le lichen se formant sur un tronc d’arbre.

Un sentiment de calme et de solitude s’en dégage.

«J’ai pensé trouver au retour un paquet, une lettre, une fleur. Cela suffisait pour me donner l’envie de rentrer. J’étais préparée à ce qu’il n’y ait rien, mais ce rien avait déjà une aura.»

L’auteure confie que sa réalité, l’absence de la femme aimée, sa façon d’accorder du soin et de l’attention à ce qui se passe et à la présence d’objets ont inspiré son écriture. La solitude peut être à la fois souffrante et essentielle, souligne-t-elle. «Le défi est de nourrir un petit art de vivre… pour y donner du sens, faire monter la joie et entretenir un regard pour la beauté, malgré tout… Petit art que je crains parfois de perdre d’où le titre.»

On y retrouve aussi des lieux dans la ville que l’on connaît bien. Tout est dans la simplicité et la douceur des mots comme lorsqu’elle écrit «si on s’interroge sur mes occupations de la matinée, voici dans l’ordre les gestes: regarder dehors, faire le lit, sentir les branches de pin, faire des exercices d’étirement, laver mon visage à la grande eau, placer des pommes dans un bol…» Si vous privilégiez une poésie d’action et engagée, ce recueil vous laissera peut-être un peu sur votre faim, mais si vous appréciez la délicatesse du quotidien, vous serez séduits par l’oeuvre d’Hélène Harbec. (Les Éditions David, 2019). ♥♥♥½

Le recueil Jusqu’à quand un petit art de vivre de Hélène Harbec. – Gracieuseté

Chansons hivernales, Pierre Lapointe

Pas encore un album de Noël, diront certaines personnes récalcitrantes, mais il reste qu’au fil du temps, des artistes ont réussi à insuffler un peu d’inventivité et à créer de nouveaux classiques du temps des fêtes. Et je crois que Pierre Lapointe y arrive avec son nouvel opus qui parait ce vendredi. Une musique pour accompagner les soirées froides.

Onze compositions originales naviguant à travers divers styles musicaux allant de la pop rythmée aux grandes ballades sur des airs accrocheurs figurent à cette nouvelle sélection de l’auteur-compositeur-interprète prolifique. Des chansons festives, des amours brisés, des bilans et des réunions de famille qu’il traite avec lucidité et un humour légèrement grinçant.

«La famille à ce je-ne-sais-quoi qui fait du bien même si elle nous dégoûte parfois. Chaque année on y revient. Paraît qu’on appelle ça la magie de Noël.» (extrait de Chaque année on y revient).

On retrouve sa poésie bien ficelée parfois introspective exprimant la tristesse et l’absence, comme en témoigne la pièce Maman, Papa.

«Que j’aime un homme ou une femme ne change pas l’essence de mon âme… L’amour est le plus beau trésor et ceux qui aiment n’auront jamais tort.» Parmi les titres à retenir, Le premier Noël de Jules, un duo avec l’étoile internationale Mika, Six heures d’avion nous séparent, et Toutes les couleurs. La réalisation a été confiée à Emmanuel Ethier (P’tit Belliveau, Lisa LeBlanc, Coeur de Pirate…). Chansons hivernales sort officiellement le 20 novembre. ♥♥♥