Freaky: une comédie d’horreur originale et efficace

Les comédies dans lesquelles une personne est transposée dans le corps d’une autre sont assez nombreuses. Freaky (en salle depuis le 13 novembre) pousse le concept un peu plus loin alors qu’il met en scène un échange de corps entre un tueur et sa proie!

Le vendredi 13 approche dans la petite ville américaine de Blissfield.

Le mercredi, quatre adolescents sont sauvagement assassinés par un tueur surnommé Le Boucher (Vince Vaughn). Le meurtrier profite de l’occasion pour mettre la main sur une dague aztèque aux pouvoirs magiques.

À l’autre bout de la ville, Millie (Kathryn Newton) est une adolescente renfermée, en deuil de son père et victime des intimidateurs (garçons, filles et enseignants) de son école.

Le jeudi soir, après un match de football – lors duquel elle interprète la mascotte de l’école, un castor… -, elle est prise en chasse par Le Boucher.

Quand le tueur poignarde Millie à l’épaule avec la dague magique, leurs personnalités changent de corps.

Le Boucher devenu Millie y voit l’occasion d’accéder à l’école de Blissfield, un territoire de chasse de rêve. De son côté, Millie devenue LeBoucher doit trouver le moyen de freiner le tueur, mais surtout, de retrouver son corps.

Mais attention. Si la légende est vraie, elle devra le faire avant minuit, le vendredi 13. Sinon, elle passera le reste de ses jours dans le corps d’un homme d’âge mûr à l’hygiène douteuse…

Transposition réussie

Comme je l’indiquais plus haut, les films dans lesquels un personnage est transféré dans le corps d’un autre sont assez nombreux. Hollywood en a même fait un sous-genre appelé, en anglais, Body Swap Movie.

Parmi les exemples les plus réussis et connus, notons Freaky Friday (2003), 13 Going on 30 (2004), Big (1988), Prelude To A Kiss (1992) et 17 Again (2009).

Freaky, qui a été coécrit et réalisé par Christopher Landon (Paranormal Activity: The Marked Ones et Happy Death Day 2U), fait maintenant partie de ce groupe sélect.

Comme c’est toujours le cas dans ce genre de film, la prémisse est absolument ridicule et le succès de l’oeuvre repose sur son humour. Et évidemment, l’humour en question est tributaire des différences fondamentales entre les deux personnages qui ont changé de corps.

Dans Freaky, c’est réussi. Vaughn est vraiment drôle quand il est habité par la personnalité de Millie. Le gros arrogant devient une adolescente insécure et maladroite, ce qui donne lieu à toutes sortes de situations et de dialogues vraiment réussis.

L’inverse est moins vrai. Même si elle est assez convaincante, Newton (Big Little Lies, Supernatural, Pokémon Detective Pikachu) n’a pas vraiment l’occasion de se démarquer alors que, une fois dans le corps du Boucher, elle passe le plus clair de son temps muette, le regard assassin.

Des hommages

Reste que ce qui m’a plu le plus avec Freaky c’est qu’il est très conscient du caractère absolument ridicule de sa prémisse. Langdon en a donc profité pour rendre hommage à quelques classiques de l’horreur.

Il s’inspire par exemple beaucoup de la série Scream en décomposant le genre et en se moquant des stéréotypes qui y sont associés.

Par exemple, lors d’un délicieux moment, un personnage noir et à un autre gai se sauvent du tueur, mais sont bien conscients que, si la logique centenaire du film d’horreur est respectée, ils seront morts avant le générique.

Langdon nous offre aussi quelques morts originales et bien sanglantes qui n’auraient pas détonnées dans la série Final Destination.

Le préambule, intitulé Mercredi 11, est de son côté un superbe hommage à la saga Friday the 13th. Quatre adolescents pourchassés par un

Boucher masqué y apprennent que dans les films d’horreur, sexe et curiosité mènent toujours à une mort horrible…

Comme vous pouvez le constater, Freaky est un film qui ne se prend vraiment pas au sérieux.

Malgré un deuxième acte un brin ennuyeux et une finale plutôt ratée (inspirée d’Halloween), Freaky est un solide divertissement.

On ne rit pas aux éclats comme dans une comédie classique et on ne sursaute pas aussi souvent que dans un film d’horreur conventionnel. La juxtaposition des deux genres est toutefois réussie et donne lieu à un film vraiment rafraîchissant.

Surtout qu’il est accompagné d’une intéressante réflexion sur les clichés associés à l’apparence.

Bref, dans le genre, on en a pour son argent.

 

Version française: Bizarre
Genre: Comédie d’horreur
Réalisateur: Christopher Landon
Scénario: M. Kennedy et C. Landon
Avec: Vince Vaughn et Kathryn Newton

Durée: 102 minutes
Budget: entre 5 et 6 millions $US
Une production des studios: Blumhouse Production

ÉVALUATION (sur 5)
Scénario: 4
Qualités visuelles: 3
Jeu des comédiens: 3
Originalité: 4
Divertissement: 4

TOTAL: 18 sur 25 (3,5 étoiles sur cinq)