Votre télé sur le net – 21 novembre 2020

J’ai vu pour vous

Lego Star Wars Holiday Special – (Disney+)
En 1978, un an après le lancement de Star Wars (aujourd’hui connu sous le pseudonyme d’Episode IV: A New Hope), la planète entière avait soif de cet univers unique. Flairant la bonne affaire, George Lucas a lancé un film de 98 minutes directement à la télévision intitulé Star Wars Holiday Special. Et l’échec fut monumental. Tellement que le film n’a jamais été présenté en reprise et que Lucas a depuis toujours refusé de le lancer en version VHS, DVD ou sur Disney+. Mardi, Disney+ a mis en ligne en version LEGO la suite de ce pan historique de télévision. Et force est d’admettre que LEGO Star Wars Holiday Special n’est guère plus glorieux que son prédécesseur. On y suit le personnage de Rey (affublé d’un horrible accent) qui, grâce à la Force, parvient à voyager dans le temps et à assister ainsi qu’à interagir lors de moments marquants de la saga. Et c’est totalement ridicule. Je ne sais pas à quoi les scénaristes ont pensé et comment Disney a pu sanctionner une telle accumulation de stupidités. Oh, le ton étant aussi léger que l’hélium, les petits vont probablement aimer. Mais si vous avez plus de 12 ans, mieux vaut éviter. Surtout que c’est d’un ennui incroyable et qu’on se doute dès la 10e minute comment tout ça va se terminer. Les effets spéciaux sont quand même bien réussis, même si Poe Dameron est méconnaissable (autant physiquement que par son comportement), que Yoda ressemble à Shrek et que l’empereur Palpatine a l’humour d’un enfant de 2 ans. J’ai joué à quelques jeux vidéos de l’univers LEGO Star Wars et j’ai toujours aimé le ton bon enfant de la franchise. Dans le film, le concept est toutefois poussé à son extrême – et ce n’est vraiment pas pour le mieux. Une belle occasion ratée, donc, alors que Disney a encore une fois choisi de faire dans l’auto-promo (de ses jouets et des films des deux trilogies originales) plutôt que d’offrir du contenu intelligent et pertinent (à la Mandalorian). (1,5/5)

À surveiller cette semaine

Shawn Mendes: In Wonder – (Netflix) (En ligne lundi)
En l’espace de quelques années, le chanteur canadien Shawn Mendes est devenu une vedette internationale. Tellement qu’en 2018, le magazine Time l’a nommé parmi les cent personnalités les plus influentes de la planète. Ce documentaire revient sur la carrière de l’artiste en mettant l’accent sur son plus récent album Wonder (lancé en septembre).

Hillbilly Elegy – (Netflix) (En ligne mardi)
Netflix a sorti l’artillerie lourde avec ce film qui pourrait se démarquer lors du prochain gala des Oscars. Réalisée par Ron Howard (Apollo 13, A Beautiful Mind), l’oeuvre met en scène Glenn Close et Amy Adams dans le rôle de deux femmes très pauvres et sous-éduquées de la région des Appalaches qui ont passé leur vie à se chercher noise.

The Flight Attendant – (HBO Max et Crave) (En ligne jeudi)
Tranquille depuis le début de l’automne, HBO se reprend de belle façon avec cette minisérie qui allie mystère et comédie. Elle met en vedette l’unique Kaley Cuoco (The Big Bang Theory) qui se réveille un bon matin dans un hôtel aux côtés d’un inconnu… mort.