Les hauts et les bas de la reine du disco

Patsy Gallant et Daniel Boucher ont chacun à leur façon une passion communicative pour leur métier et un franc-parler indéniable.

Ma vie en technicolor, Patsy Gallant

Sa mère disait souvent avec fierté «Eh, que la p’tite est bonne!». S’il y a une artiste acadienne qui a connu une carrière bien remplie, c’est bien Patsy Gallant. Consacrée reine du disco dans les années 1970, cette grande interprète qui a incarné Stella Spotlight dans Starmania raconte son parcours depuis l’enfance jusqu’à aujourd’hui avec beaucoup de pétillant et son franc-parler légendaire. Bien que sa carrière soit flamboyante à certains égards, la chanteuse qui a fréquenté les plus hautes sphères de l’élite culturelle a connu aussi son lot de hauts et de bas, de joies et de chagrins et elle ne s’en cache pas dans ce livre.

Patsy Gallant est née sur la rue Hillside à Campbellton en 1948, le jour de la fête nationale de l’Acadie. Elle a grandi au sein d’une famille pauvre, nombreuse, dont le père maçon était souvent absent. La musique occupait beaucoup de place dans la famille et déjà très jeune, la petite Patricia avait du talent. Sa mère faisait chanter les enfants pour ramasser des sous et nourrir sa famille.

Avec ses sœurs, elle a affronté divers publics que ce soit dans les cabarets ou même dans les trains. Plus tard, la famille a déménagé à Moncton et puis à Montréal. Pour Patsy Gallant, l’arrivée à Montréal a été synonyme de liberté puisqu’elle avait sa propre chambre dans le cabanon en arrière de leur logement. Sa carrière solo a commencé en 1967 avec la sortie de son premier 45 tours. Passionnée d’art et de culture, Patsy Gallant qui a vécu plusieurs années à Paris, a personnifié Piaf, a chanté sur de grandes scènes, a rencontré des personnalités influentes du monde, mais elle a aussi connu des moments très difficiles où elle était pratiquement sans le sou. À la fin des années 1970, celle qui animait une émission de variétés à CTV, recevait un cachet d’un quart de million, faisant d’elle l’artiste canadienne la mieux payée de la télévision. Or après deux saisons, elle a décidé de partir, étant trop malheureuse.

Elle nous parle aussi de ses amours, de son fils, de ses dérapes, de son expérience de comédienne dans Yellowknife de Rodrigue Jean et de ses rencontres fabuleuses avec de grands artistes, dont son ami de longue date Luc Plamondon qui signe d’ailleurs la préface du livre.

Impossible de rester insensible devant cette autobiographie prenante écrite avec simplicité par une artiste passionnée qui a toujours regardé devant et qui n’a pas froid aux yeux. On en apprend aussi sur les dessous de l’industrie musicale. Quelques passages du livre sont peut-être un peu moins captivants, mais dans l’ensemble on est touché par son histoire. On y retrouve aussi quelques textes de chanson, des poèmes et des photographies. (Éditions La Semaine, 2020). ♥♥♥½

À grands coups de tounes vol.1, Daniel Boucher

Plonger dans l’imaginaire de Daniel Boucher, c’est un peu comme entreprendre un voyage qui est très loin d’être organisé d’avance. L’artiste gaspésien au parcours atypique, résolument indépendant, nous offre un nouvel album à la fois saisissant et bien étoffé, sur des guitares vibrantes. Dans un mélange de styles, d’univers, allant même se frotter au country avec Les gâteaux de fête, sur une voix profonde et une langue qui lui est propre, le poète musicien présente sept nouvelles compositions.

En lever de rideau, une pièce de neuf minutes qui se prolonge un peu trop, du moins à mon goût. La sélection comprend aussi certaines chansons plus intimistes comme Je te cherche encore, particulièrement ravissante. L’originalité de Daniel Boucher repose dans sa façon de dire les choses avec une langue merveilleusement belle. L’amour, la fragilité de la vie, l’aventure intérieure, la famille sont tous des thèmes abordés sur ce disque. L’artiste suggère aux auditeurs de porter un casque d’écoute afin d’entendre toutes les subtilités de sa musique et je dois dire que l’expérience en vaut la peine. Septième album en carrière de l’auteur de la Désise, À grands coups de tounes vol. 1 rassemble des chansons enregistrées entre octobre 2017 et septembre 2020. ♥♥♥½