D’autres changements à venir

Avec l’arrivée de Jacob Melanson, le Titan d’Acadie-Bathurst se retrouve maintenant avec 15 attaquants. C’est nettement trop au goût de l’organisation qui aimerait donner plus de temps de jeu aux jeunes Dylan Champagne, Dylan Andrews et Julien Bourget.

Ça veut donc dire que Sylvain Couturier a mis un vétéran sur le marché, peut-être même deux. Ça ne prend pas la tête à Papineau pour deviner que l’un d’eux est probablement le Terre-Neuvien Mark Rumsey. C’est d’autant plus plausible que Rumsey n’a pas démontré depuis le début de la campagne qu’il mérite un poste comme joueur de 20 ans la saison prochaine.

C’est quand même dommage parce qu’il avait pourtant démontré de belles choses la saison dernière. Pour une raison que j’ignore, Rumsey semble avoir stagné.

Parlant des joueurs de 20 ans pour la saison 2021-2022, l’équipe est selon moi déjà à la recherche d’un autre joueur né en 2001 qui pourrait se greffer au duo composé de Logan Chisholm et Bennett MacArthur. Je sais qu’il y a aussi le gardien Christian Sbaraglia dans les parages, mais avec Jan Bednar je ne vois pas comment l’équipe pourrait songer à garder un portier de 20 ans comme adjoint.

Ne soyez d’ailleurs pas surpris si le Couturier lorgne du côté d’un défenseur pour cette troisième place disponible. J’ai même une suggestion pour le D.G. du Titan. Puisque le Phoenix de Sherbrooke semble s’être rangé du côté des vendeurs, je me demande si le Néo-Brunswickois Jaxon Bellamy ne serait pas une bonne option.

Reste à savoir si le Phoenix cherche à s’en départir et quel en serait le prix. Je me doute bien que le D.G. du Phoenix Stéphane Julien ne le donnera pas, mais s’il demande deux ou trois choix au repêchage, avec à la base une sélection de deuxième tour comme principal montant, je serais prêt à discuter.

Gendron un premier de classe

S’il ne fait aucun doute que la pandémie complique drôlement la tâche des recruteurs des 18 formations de la LHJMQ, il n’en demeure pas moins que l’Atlantique devrait encore une fois retenir l’attention au cours du prochain encan.

À ce sujet, tout indique que les Flyers de Moncton verront un autre de leurs joueurs être sélectionné en première ronde en 2021.

Après Lukas Cormier (4e, Charlottetown) en 2018, puis Samuel Savoie (4e, Gatineau) et Dyllan Gill (20e, Rouyn-Noranda) l’été dernier, le prochain surdoué a pour nom Justin Gendron.

Déjà gâté sur le plan physique avec ses 6 pieds 1 pouce et ses 171 livres, l’attaquant de Dieppe possède de plus un talent de marqueur qui fait déjà baver d’envie toutes les équipes du circuit. Après avoir inscrit 45 buts en 26 matchs la saison dernière avec les Hawks de Moncton chez les moins de 15 ans, Gendron montre un dossier de quatre buts et deux mentions d’aide en cinq duels chez les moins de 17 ans. Ne soyez pas surpris si Gendron est choisi parmi les cinq premiers.

Pour tout dire, ça s’annonce encore une fois un repêchage très intéressant pour les provinces de l’Atlantique. On estime que de 13 à 15 joueurs de l’Atlantique pourraient trouver preneurs dans les deux premières rondes à l’encan de 2021. Bref, ce sera aussi bon que cet été, où 16 gars d’ici ont été choisis parmi les 38 premiers appelés.

Juste pour vous donner une petite idée de la progression du hockey en Atlantique, ce nombre n’avait jamais dépassé le cap des 10 sélections dans les deux premières rondes avant les 13 joueurs repêchés en 2019.

Outre Gendron, on retrouve également parmi les meilleurs espoirs du Nouveau-Brunswick ses coéquipiers des Flyers Dylan MacKinnon et Luke Patterson, Evan Bellamy, du Vito’s de Saint-Jean, ainsi que Bradley Nadeau et Anton Topilnyckyj, des Caps de Fredericton. À noter que Evan et Bradley sont les jeunes frères de Jaxon Bellamy et Joshua Nadeau.

Ajoutez à ceux-là les Prince-Édouardiens Cam Squires, des Kings de Bishop Kearney, ainsi que Caleb MacDonald, Harry Clements et Luke Coughlin, des Knights de Charlottetown, les Néo-Écossais Tyler Peddle, des Sabres de Shattuck St. Mary’s, Cameron Anderson, des Mounties de l’Académie Mount St. Charles, et Luke MacPhee, du Wolfpack de Cole Harbour, de même que le Terre-Neuvien Matteo Rotondi, des Growlers de St. John’s.

Des idées cadeaux

Si jamais vous n’avez toujours pas complété vos achats de Noël et que les personnes visées raffolent de sport, voici quelques idées qui pourraient solutionner votre problème.

Un film de 2020 pourrait faire le bonheur de certains, soit The Way Back, mettant en vedette Ben Affleck, et qui traite de basketball.

Au niveau littéraire, quelques biographies sont à retenir.

Par exemple, les amoureux de patinage de vitesse aimeraient sans doute dévorer La vie pas toujours olympique de Marianne St-Gelais.

Pour ceux qui ne respirent que pour le baseball, Derek Aucoin: la tête haute semble faire l’unanimité auprès des lecteurs.

Le géant Ferré: la huitième merveille du monde, du duo Pat Laprade et Bertrand Hébert, est également une belle idée de cadeau. Ce livre figure d’ailleurs parmi les meilleures biographies sportives que j’ai eu la chance de lire dans les dernières années.

Pour les amateurs de boxe, je vous suggère Mon père, Gaëtan Hart: le Rocky de la boxe québécoise, ou encore Mohamed Ali, mon frère. Toujours au niveau des sports de combat, il y a aussi Dans l’octogone: les dessous des arts martiaux mixtes selon l’ancien combattant Patrick Côté.

Usain Bolt: la légende du sprint pour les friands d’athlétisme, Kobe Bryant: l’homme aux mille visages pour ceux qui adoraient le regretté joueur étoile de basketball, ou encore Patrice Bernier, maître de son destin pour les amoureux de soccer, sont également de bonnes suggestions cadeaux.

Évidemment, les biographies traitant de hockey ont aussi la cote. Henri Richard: la légende aux 11 coupes Stanley, 99 histoires de hockey: Wayne Gretzky et Comment Sidney Crosby a changé le hockey devraient ravir ceux et celles qui n’en ont jamais assez de lire sur notre sport national.