Le meilleur de l’année télévisuelle (en ligne)

La pandémie de COVID-19 ayant chamboulé nos habitudes, plusieurs se sont tournés vers la télé en ligne afin de passer le temps et se changer les idées. Heureusement, les Netflix, HBO Max, Amazon Prime et autres Disney+ de ce monde nous ont proposé de bien bonnes séries au cours des 12 derniers mois. Voici les dix qui m’ont fait le plus vibrer.

1) The Mandalorian – Saison 2 (Disney+)
Je suis conscient que je ne suis pas un juge très impartial, la saga Star Wars faisant partie de ma vie depuis 40 ans. Cela n’empêche pas une chose: présentement, à la télévision, côté action et technologies, aucune série n’arrive à la cheville de The Mandalorian. Et comme les intrigues sont excellentes et les personnages attachants, impossible d’y voir autre chose qu’un immense succès. Fait rare à la télévision, la saison 2 est très supérieure à la première. Elle nous a de plus offert de nombreuses surprises et de beaux moments de nostalgie.

2) The Last Dance (Netflix)

Grâce à une recherche titanesque et à un sujet exceptionnel, The Last Dance figure parmi les meilleurs documentaires sportifs jamais tournés. Cette ode au statut quasi divin du joueur de basketball Michael Jordan sent l’opulence à plein nez, autant dans les moyens financiers déployés que dans la quantité d’images d’archives et d’intervenants qui témoignent. Un important jalon de l’histoire de la télévision qui risque de faire des petits au cours des prochaines années.

3) The Queen’s Gambit (Netflix)

Bien peu de séries ont autant fait parler d’elles que celle-ci cette année. Elle raconte l’histoire fictive d’une jeune orpheline dont le talent aux échecs lui permettra d’affronter les meilleurs joueurs de la planète. Deux mois après sa sortie, la série fait encore partie du top-10 des émissions les plus vues sur Netflix, ce qui en dit long sur sa popularité. À voir pour la performance d’Anya Taylor-Joy, absolument hallucinante dans le rôle de la stoïque et torturée Beth Harmon.

4) The Social Dilemma (Netflix)

Si les trois premières entrées de ce palmarès sont d’excellents divertissements, ce documentaire est brûlant d’actualité. Véritable coup de poing dont le visionnement devrait être obligatoire dans toutes les écoles secondaires de la planète, l’oeuvre nous explique comment et pourquoi les médias sociaux sont une menace envers la démocratie et la société telle qu’on la connaît. Grâce à des entrevues avec ceux qui ont conçu des plateformes comme Facebook, Google, Twitter, Instagram, TikTok et YouTube, on y explique avec énormément de clarté de quelles façons les internautes sont manipulés. Un film nécessaire.

5) The Wilds (Amazon Prime)

C’est souvent quand on s’attend à rien d’une série télévisée qu’on est le plus charmé. C’est ce qui m’est arrivé avec The Wilds, une émission dont le synopsis (huit jeunes femmes se retrouvent coincées sur une île après l’écrasement d’un avion) ressemble à un copier-coller de Lost. La vérité, c’est que cette série aborde avec énormément de doigté et d’appoint les difficultés auxquels font face les adolescentes dans une société menée par le patriarcat. On va de surprise en surprise et on s’émerveille devant le jeu de ces huit comédiennes quasi inconnues que l’on en vient presque à considérer comme des amies. Un excellent divertissement doté d’une puissance émotive rarement vue à la télévision. Du bonbon.

6) Hunters (Amazon Prime)

Les débuts d’Al Pacino à la télévision n’auraient pas pu être plus glorieux. Dans Hunters, le vétéran comédien interprète un survivant de l’Holocauste qui, dans le New York de la fin des années 1970, s’entoure d’une bande de «chasseurs» atypiques afin de traquer d’anciens nazis qui vivent en toute impunité aux États-Unis. Avec sa facture visuelle pulpeuse, son ton empreint de cynisme et sa violence (parfois gratuite), Hunter nous présente l’enfer de l’Holocauste avec un réalisme parfois difficile à supporter. Le jeu de chat et de souris (entre les troupes de Pacino, les architectes du nouveau Reich et une déterminée agente du FBI) nous tient sur le bout de notre siège.

7) I Know This Much Is True (HBO + Crave)

Cette série, dans laquelle Mark Ruffalo (Hulk dans l’univers cinématographique Marvel) interprète des jumeaux est dense, lourde et extrêmement difficile à regarder. On y suit Dominik, un peintre en bâtiment qui prend soin de son jumeau, Thomas, qui souffre de schizophrénie et de paranoïa. La vie des deux hommes balance quand, en guise de sacrifice, Thomas s’ampute une main dans une bibliothèque. Plutôt que d’être interné dans un centre spécialisé, Thomas est détenu en prison. La maladie mentale et son impact sur l’entourage d’un patient nous sont présentés de façon très crue. Grâce à l’extraordinaire jeu de Ruffalo, chaque scène est un véritable supplice pour le spectateur.

8) High Fidelity (Hulu)

Depuis le début de sa carrière, Zoë Kravitz a été cantonnée à des rôles très secondaires ou cachée sous un tas de maquillage et d’effets spéciaux. Dans High Fidelity, on fait connaissance avec la vraie Zoë, celle qui a un talent fou et qui pourrait devenir une des très grandes vedettes du cinéma. Kravitz interprète Rob, une jeune femme dans la vingtaine qui peine à lâcher prise un an après avoir été larguée par son fiancé. Rob étant la très cool propriétaire d’un magasin de disques d’occasion, la trame sonore de la série est tout simplement grandiose. Comme un nouveau disque, High Fidelity est une série qu’on finit par aimer à force de l’écouter, principalement pour le jeu de Kravitz, sa trame sonore et son délicieux vibe urbain-cool. (4/5)

9) The Business of Drugs (Netflix)

Cette exceptionnelle série documentaire s’intéresse, comme son titre l’indique, à l’économie de la drogue. Amaryllis Fox, une ancienne agente de la CIA spécialisée dans la lutte au terrorisme, nous entraîne dans les coulisses de l’industrie de six drogues différentes. Grâce à des entrevues avec des spécialistes, elle nous explique tous les rouages économiques d’une industrie multimilliardaire et mondiale. Ses entrevues avec des acteurs du milieu sont aussi culotées qu’éducatives. La recherche est tellement poussée et les intervenants si bien choisis qu’il est impossible de rester de glace face à un tel travail journalistique.

10) Dead to Me – Saison 2 (Netflix)

Difficile de trouver un duo plus efficace à l’écran que Christina Applegate et Linda Cardellini. Les deux femmes nous ont fait rire et pleurer dans la première saison et elles remettent ça avec autant d’efficacité, sinon plus. Le scénario de cette deuxième saison est tellement tordu qu’il en est tordant! L’humour cinglant est encore au rendez-vous, mais c’est, comme toujours, la charmante et compliquée relation entre Judy et Jen (la seconde a tué le mari de la première par accident) qui est au centre d’une série dotée d’une gigantesque humanité. n