Jordan Spence à Val-d’Or?

Les rumeurs vont bon train ici et là dans la LHJMQ au sujet du défenseur Jordan Spence des Wildcats de Moncton. Les plus sérieuses l’envoient en Abitibi, plus précisément chez les Foreurs de Val-d’Or, dans une transaction qui amènerait, semble-t-il, le gardien de 16 ans Vincent Filion, le sixième au total du dernier encan.

J’ai justement demandé au directeur des opérations hockey Ritchie Thibeau si les rumeurs envoyant Spence à Val-d’Or étaient véridiques et voici ce qu’il m’a révélé.

«Oui nous avons des discussions sérieuses avec Val-d’Or, mais ce n’est pas la seule équipe. Il n’y a encore rien de réglé. Nous voulons un jeune espoir de 16 ou 17 ans, un choix de première ronde et un autre bon choix au repêchage. Pour le choix de première ronde, nous voulons un choix de 2022 afin d’avoir une chance de nous retrouver dans le boulier pour la loterie, puisque l’équipe qui va avoir Spence devrait normalement se retrouver en reconstruction à partir de la saison prochaine.»

Voilà ce que l’homme de hockey des Wildcats m’a confié.

Il ne reste plus qu’à attendre la fin du Mondial junior avant de connaître la nouvelle destination du meilleur défenseur de la LHJMQ.

Melanson est tout un athlète

Jacob Melanson n’est pas seulement qu’un bon joueur de hockey. Jusqu’à tout récemment, le nouvel attaquant du Titan d’Acadie-Bathurst a également excellé au baseball, au soccer, au tennis de table et au golf.

«J’étais un lanceur au baseball et un attaquant capable de marquer des buts au soccer. Je me débrouillais très bien. J’ai compétitionné sur la scène provinciale dans tous ces sports», m’a confié le jeune ailier droit d’Amherst.

À noter que son grand-père Jim Melanson, surnommé Pokey par la majorité des gens qui le connaissait, a été entraîneur dans le baseball mineur de Springhill pendant plus de 35 ans. Membre du Temple de la renommée du baseball de la Nouvelle-Écosse, il est décédé en 2019 à l’âge de 83 ans.

Nadeau reprend la tête

Avec une récolte de deux buts et cinq passes en trois matchs dans la dernière semaine, Joshua Nadeau a repris la tête des meilleurs pointeurs de la Ligue junior des Maritimes. Le jeune attaquant de 17 ans du Blizzard d’Edmundston totalise désormais 28 points (11-17) en 12 rencontres.

Le vétéran Tyler Boivin des Rapides de Grand-Sault, âgé de 20 ans, a lui aussi 28 points (10-18), mais en 14 parties.

Usnic s’éloigne de Moncton

À moins d’un changement majeur dans la prochaine semaine, les Wildcats seraient sur le point d’annoncer qu’ils abandonnent l’idée de faire venir le gardien Val Usnik à Moncton.

Le directeur des opérations hockey Ritchie Thibeau m’a fait savoir qu’il est presque rendu à cette étape au sujet du Slovène de 19 ans que l’équipe a repêché en deuxième ronde (110e au total) lors du dernier encan international.

Ce n’est sûrement pas le vétéran Dakota Lund-Cornish qui va s’en plaindre.

Par ailleurs, Thibeau est nettement plus optimiste quant aux chances d’amener le premier choix Maxim Barbashev à Moncton. À noter que le jeune espoir âgé de 17 ans est en ce moment à St-Louis. Il habite depuis quelques mois chez son frère Ivan.

Desrosiers toujours dans les plans

Incapable de se tailler un poste avec les Wildcats lors du dernier camp d’entraînement, le défenseur Jonathan Desrosiers impressionne chez les Rapides de Grand-Sault.

Le Dieppois affiche même une récolte de 10 points (2-8) en 12 rencontres, ce qui est très bon pour un arrière de 17 ans.

«Nous sommes très loin d’avoir abandonné dans son cas, précise le directeur des opérations hockey Ritchie Thibeau. Jonathan a joué quelques rencontres avec nous la saison dernière et il s’est presque taillé une place avec l’équipe cette année. Comme il est toujours jeune, nous avons préféré l’envoyer à Grand-Sault afin qu’il puisse améliorer différents aspects de son jeu. Il a définitivement le potentiel de jouer dans la LHJMQ.»

Federer le mieux payé en 2020

De 1990 à 2019, trois boxeurs, deux joueurs de soccer, un golfeur, un pilote de Formule-1 et un attaquant de la NBA ont été proclamés, à tour de rôle (ou consécutivement), l’athlète le mieux payé. Tiger Woods, à lui seul, a pris la première place à 12 reprises.

En 2020, pour faire changement, c’est le tennisman Roger Federer qui a été couronné avec une récolte de 106,3 millions $US. Au cours de la dernière année, le Suisse a remporté 6,3 millions $US au fil des tournois, en plus d’une colossale somme de 100 millions $US en commandites (Uniqlo, Credit Suisse, Mercedes-Benz, etc).

C’est aussi vers le tennis qu’il faut se tourner pour trouver la plus riche chez les dames, soit la Japonaise Naomi Osaka avec des revenus de 37,4 millions $US. Osaka a reçu 3,4 millions $US sur le terrain, mais surtout 34 millions $US en commandites.

Le top-10 masculin pour 2020 est complété de Cristiano Ronaldo (soccer, 105 millions $US), Lionel Messi (soccer, 104 millions $US), Neymar (soccer, 95,5 millions $US), LeBron James (basketball, 88,2 millions $US), Stephen Curry (basketball, 74,4 millions $US), Kevin Durant (basketball, 63,9 millions $US), Tiger Woods (golf, 62,3 millions $US), Kirk Cousins (football, 60,5 millions $US) et Carson Wentz (football, 59,1 millions $US).

Saviez-vous que depuis 1990, seulement trois joueurs de hockey sont parvenus à se tailler une place dans le top-10.

Wayne Gretzky, alors avec les Kings de Los Angeles, y est arrivé deux fois en 1994 (5e) et 1995 (10e) avec des revenus de 13,5 millions $US et 14,5 millions $US.

En 1997, Joe Sakic, de l’Avalanche du Colorado, a pris le 9e échelon avec des gains de 17,9 millions $US.

Enfin, en 1998, Sergei Fedorov, alors avec les Red Wings de Detroit, a terminé au troisième rang avec des revenus de 29,8 millions $.

* En 2002, parce que le magazine économique Forbes a changé sa façon de procéder, aucun gagnant n’a été déclaré pour l’année 2001. Le gagnant pour 2001 que l’on retrouve dans ce tableau provient d’un classement du magazine Men’s Health.