Cardy le va-t-en-guerre

Dominic Cardy a prouvé une fois de plus cette semaine qu’il est capable d’être son pire ennemi aux dépens des initiatives dont il a la responsabilité. Le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance était en mode attaque dès le départ, jeudi, lors du débat sur la création d’un registre en ligne des places en garderies.

M. Cardy était en colère parce que lors des jours précédents, les partis d’opposition ont dépeint son projet de loi comme une atteinte à la vie privée des parents et de leurs enfants. Selon lui, les libéraux, les alliancistes et les verts ont décidé de jouer le jeu des partisans de l’extrême droite et des théories du complot simplement pour compter des points politiques contre lui. Toutes ses réponses étaient donc accompagnées d’attaques ou de commentaires désobligeants à l’endroit de ses adversaires.

M. Cardy a certainement eu raison de défendre son initiative. Il n’y a absolument rien de mal ou d’anormal dans la cueillette de renseignements personnels prévue par le registre. Il est également vrai que tous les remparts nécessaires pour protéger ces informations sont déjà en place. Malheureusement, le ministre a discrédité chacune de ses réponses avec son attitude de va-t-en-guerre. «Quand vous êtes énervé et sur la défensive comme ça, je vois ça comme un signe qu’il y a peut-être des trous (dans votre projet de loi)», a souligné non sans pertinence Kris Austin de la People’s Alliance.

Ce n’est pas la première fois que le tempérament de Dominic Cardy nuit à l’une des initiatives. Lors du débat sur la vaccination obligatoire, son intransigeance envers ceux qui ne partageaient pas son opinion a servi d’excuse à bien des députés qui ont voté contre le projet de loi malgré sa pertinence manifeste. Heureusement pour les parents, le registre des places en garderie semble être destiné à voir le jour malgré le caractère bouillant du ministre de l’Éducation.