«Achetez moins. Achetez mieux.» – Vivienne Westwood

N’en déplaise à ma fille de 14 ans, je ne suis pas à la mode. Je porte des vêtements qui me plaisent, des plus confortables, et je suis souvent vêtue des mêmes tenues. Je raccommode le linge troué (euh, seulement lorsque la tâche est bien élémentaire) et j’achète de seconde main ce dont j’ai besoin.

«Tu as encore ce chandail-là? Tu l’avais quand t’étais jeune!» Il m’arrive d’entendre un tel commentaire. Ce à quoi je réponds: «Je suis encore jeune, voyons!»

Mais, oui, j’aime les vêtements durables. Eh oui, certains d’eux séjournent dans mon placard depuis près de vingt ans.

Mode rapide

Ma fille, comme la plupart de ses pairs, est prise dans les filets du fast-fashion. Ce phénomène se caractérise par des collections de mode qui changent à une vitesse effarante et qui sont produites massivement à de bas prix. Hier, elle s’est acheté deux tee-shirts à cinq dollars chacun. À ce prix, pourquoi ne pas s’en procurer plus d’un? Cependant, derrière ce prix minime se cachent des conséquences dévastatrices pour l’environnement et une histoire de tragédie humaine d’ouvriers sous-payés.

Mais loin de moi l’intention de critiquer les consommateurs. Il était une fois, dans un pays pas si lointain, une Mélanie adolescente qui s’animait quand la chance d’acquérir un tee-shirt tendance se présentait. Aaah… Je n’avais aucune idée que la mode devenait une des industries les plus polluantes au monde. Je fermais les yeux.

Voici un extrait d’une lecture sur l’industrie du textile: «Chaque année, ce sont des millions de tonnes de textiles qui sont mis à la décharge tandis que les matières premières utilisées, les moyens de transport par lesquels ils ont transité et le gaspillage qui en résulte se transforment en catastrophe écologique.» (Laurane, Coutu­re zéro déchet, je me lance!, 2020) Aïe!

Aujourd’hui, plus que jamais, l’heure est à la mode éclair. La surconsommation est promue sans arrêt; y résister n’est pas chose facile.

Que faire pour résister?

C’est très simple: adhérer au nudisme. Blague à part, il est important de porter des vêtements dans lesquels nous nous sentons bien et qui reflètent notre individualité. Nous pouvons choisir de ne pas être esclaves de la mode. Cela dit, si la mode vous passionne, je vous prie de rester avec moi. Voici quelques façons de favoriser la mode éthique et durable:

– Privilégier les vêtements d’occasion: il est simple de trouver de bons vêtements dans des friperies, sur des sites de petites annonces et sur des réseaux sociaux.

– Considérer les vêtements biologiques, éthiques ou de textile récupéré: cette option est plus chère qu’un tee-shirt à cinq dollars, mais il encourage un achat réfléchi et modéré.

– Réduire la garde-robe: étant donné que la majorité de nos vêtements sont peu utilisés, il est possible – même pour les fashionistas – de réduire la quantité un peu.

– Confectionner des vêtements en réutilisant du tissu: il n’est pas donné à tous de relever ce défi et pour ma part, croyez-moi, j’ai tout intérêt à rester fidèle aux friperies.

Défi de la semaine

Remettez en question ce que l’industrie de la mode et la société de consommation vous dictent. Abstenez-vous d’acheter des vêtements pendant une semaine, un mois ou un an (selon votre préférence).

web_spiritualite
La lumière de février