Serge Beausoleil passe pour un génie

Lorsqu’un directeur général parvient à réaliser un échange qui tourne nettement à son avantage, ça implique obligatoirement un excellent rendement de la part du joueur (ou des joueurs) acquis.

Depuis la dernière période des transactions, grâce au brio des défenseurs Tyson Hinds et Jérémie Biakabutuka, de l’ailier droit Alex Drover et du centre Xavier Cormier, le d.g. et entraîneur-chef de l’Océanic de Rimouski Serge Beausoleil passe carrément pour un génie.

Depuis la reprise des activités, le 21 janvier dernier, ces quatre joueurs obtenus via des transactions majeures jouent le meilleur hockey de leur carrière.

Drover, que Beausoleil a sorti de Saint-Jean pour des choix de 2e, 4e et 10e rondes, a produit à un rythme d’un point par match (3-5) lors de ces huit duels avec la formation du Bas-Saint-Laurent. Au terme de la présente campagne, Drover aura encore deux autres saisons de hockey à donner. Ç’a pris un peu de temps que prévu, mais le Terre-Neuvien joue enfin à la hauteur des attentes.

Hinds, un défenseur qui n’est âgé que de 17 ans, montre exactement la même fiche que Drover depuis son acquisition des Cataractes de Shawinigan. J’ignore si Hinds parviendra à maintenir la même cadence, mais disons qu’il fait très bien paraître Beausoleil jusqu’ici. C’est sans oublier que Cormier, acquis dans le même troc, a de son côté compilé sept points (2-5). Il devrait faire partie du trio de 20 ans de l’Océanic la saison prochaine. L’Océanic a également obtenu des sélections de 1er et de 3e tours.

Certes, les Cataractes ont acquis les arrières Justin Bergeron et Zachary Massicotte, de même que l’attaquant de 17 ans Logan Costenaro et ce n’est pas rien. Bergeron est âgé de 20 ans, Massicotte devrait être de retour la saison prochaine et Costenaro, malgré un certain talent, n’a encore rien prouvé. Sauf que si les Cataractes ne gagnent pas la coupe du Président au cours des deux prochaines saisons, ce sera très cher payé.

Enfin, Biakabutuka, auteur de six passes jusqu’ici à Rimouski en huit duels, est un colosse de 18 ans avec un très grand potentiel. Cela dit, Beausoleil a payé le gros prix pour aller le chercher, soit des choix de 1re et de 3e ronde, ainsi que le jeune attaquant de 16 ans Charles-Antoine Beauregard.

Notons que Beausoleil a également fait l’acquisition de deux sélections de premier tour et une autre de deuxième ronde dans un échange qui a permis aux Olympiques de Gatineau de mettre la main, entre autres, sur l’arrière de 18 ans Isaac Belliveau et l’avant de 20 ans Andrew Coxhead.

Tout ça pour dire que lorsque viendra le moment de choisir les trois finalistes pour l’obtention du trophée commémoratif Maurice-Filion, remis au directeur général de l’année, j’espère que la LHJMQ aura la présence d’esprit de penser à Serge Beausoleil.

Stairs brille à ses débuts au Cap-Breton

Le Néo-Brunswickois Dawson Stairs en est un autre qui fait bien paraître son patron. Après deux parties où il a compilé trois buts, dont un qui a donné la victoire à sa nouvelle équipe, l’ailier gauche de 18 ans donne déjà raison au d.g. des Eagles du Cap-Breton Jacques Carrière. Il a aussi distribué trois mises en échec.

Je vous ai déjà dit tout le bien que je pensais de Stairs le mois dernier et je crois toujours qu’il peut devenir à 19 et 20 ans un joueur aussi redoutable que les anciens capitaines du Titan Jeffrey Viel et Shawn Élément. Depuis son arrivée à Sydney, le hockeyeur de Fredericton me donne raison.

Si les Sea Dogs ont acquis le vétéran de 19 ans Ryan Francis et une sélection de 6e tour dans le marché, il ne faut pas oublier que Carrière a également bonifié sa banque de choix au repêchage de sélections de 1er, 2e et 6e rondes. Voilà une transaction qui pourrait bien être considérée sous peu comme un véritable vol.

Parmi les autres joueurs échangés récemment et qui en donnent plus que prévu depuis la reprise des activités, il y a le défenseur Christopher Merisier-Ortiz (1-10=11 en 8 duels) avec l’Armada de Blainville-Boisbriand, l’ailier droit Olivier Pouliot (0-6=6 en 6 duels) chez les Remparts de Québec et l’ailier droit Édouard St-Laurent (2-5=7 en 6 duels) du côté des Huskies de Rouyn-Noranda.

Évidemment, il y a aussi quelques vedettes qui se tirent bien d’affaire avec leur nouvelle formation, à commère par l’arrière Jordan Spence (1-2=3) et les attaquants Samuel Poulin (1-3=4) et Nathan Légaré (2-1=3) après trois parties à Val-d’Or, les avants Benjamin Tardif (3-2=5) et Shawn Élément (2-1=3) après quatre matchs à Victoriaville, Joshua Roy (4-3=7) en six duels à Sherbrooke et Justin Bergeron (1-5=6) en huit rencontres à Shawinigan.

Kevin Gagné se plaît en Allemagne

En discutant de Lukas Cormier avec Kevin Gagné, la semaine dernière, j’en ai bien sûr profité pour prendre un peu de ses nouvelles. Le hockeyeur d’Edmundston en est à sa deuxième campagne avec les Requins de Cologne (Kölner Haie), un club de première Division en Allemagne.

Gagné, qui a disputé ses quatre premières saisons en Europe avec des formations de Suède, montre un dossier de trois passes en 11 parties avec les Requins.

«Ça va plutôt bien, m’a raconté Kevin. Le calibre de jeu est très bon. Évidemment, avec toutes les incertitudes provoquées par la pandémie, ce n’est pas une saison comme les autres. D’abord, il n’y a pas de spectateurs à nos matchs. Ensuite, nous sommes testés avant chaque partie, soit de deux à trois fois par semaine.»

Kevin m’a également appris que deux autres joueurs des Maritimes évoluent avec les Requins, soit l’ancien des Wildcats de Moncton Zach Sills et l’ex-vedette des Screaming Eagles du Cap-Breton James Sheppard.

Parmi les autres visages connus qui évoluent en première Division allemande, notons Luke Adam et Andrew Bodnarchuk des Ice Tigers de Nürnberg, Brent Aubin des Roosters d’Iserlohn, Morgan Ellis du ERC Ingolstadt, Maxime Fortunus des Pinguins de Fischtown, l’ex-défenseur étoile des Wildcats Brandon Gormley des Tigers de Straubing et l’ancien du Titan Giovanni Fiore du Eisbären de Berlin. Notons de plus la présence de l’ancien attaquant des Tigres de Restigouche Pierre-Cédric Labrie, lui aussi à Berlin.

Jean-Claude Sawyer désormais en affaires

Désormais âgé de 34 ans, l’ancien défenseur vedette des Screaming Eagles du Cap-Breton Jean-Claude Sawyer s’est complètement retiré du hockey depuis sa retraite comme joueur en 2010.

Sawyer, qui détient toujours le record pour le plus grand nombre de points (77 points) par un défenseur du Nouveau-Brunswick en une saison dans la LHJMQ, s’est recyclé en homme d’affaires dans la petite ville de Buford, en banlieue d’Atlanta en Géorgie.

J.C. est vice-président d’une compagnie de construction commerciale fondée par son beau-père, aujourd’hui retraité.

«Je ne suis plus dans le hockey, mais j’adore ça ici. Nous sommes à environ 40 minutes d’Atlanta. J’ai joué un peu de hockey senior après ma carrière professionnelle, mais j’ai vite arrêté. Je suis passé à autre chose. Aujourd’hui, je me contente de suivre mes deux filles qui sont d’excellentes joueuses de balle molle. En fait, elles sont de très bonnes athlètes. Taylor, la plus vieille qui aura bientôt 11 ans, est l’une des vedettes de l’équipe. J’ai été son entraîneur au début, mais j’ai arrêté depuis que je n’ai plus rien à lui montrer», qu’il m’a raconté en riant.

«Et Kinsley, la plus jeune, est déjà très bonne à seulement 7 ans», ajoute le fier papa.

Après cinq brillantes saisons dans la LHJMQ avec les Screaming Eagles, J.C. a disputé quatre campagnes professionnelles partagées entre la Ligue américaine (LAH) et la Ligue de la Côte-Est (ECHL).