Votre télé sur le net – 13 février 2021

J’ai vu pour vous

Firefly Lane (Netflix)
Attendue et depuis très populaire, cette nouvelle série exclusive à Netflix traite de la vie de deux amies de Seattle très différentes. Kate (Sarah Chalke) est une maman divorcée qui incarne la droiture alors que Tully (Katherine Heigl) est une vedette qui multiplie les conquêtes et qui abuse des bonnes choses. Pourtant, chacune a une influence majoritairement positive sur l’autre. Même si je ne suis pas le public cible de Firefly Lane (qui s’adresse aux femmes qui ont grandi dans les années 1970 et intégré le marché du travail dans les années 1980), j’ai tenté de faire preuve d’ouverture. Malheureusement, rien ne m’a séduit dans cette série. Ce n’est ni drôle, ni dramatique et beaucoup trop mielleux. Les dialogues sont risibles. Mais le pire, c’est qu’il n’y a absolument rien d’original là-dedans. Autant le thème principal (l’évolution de personnages qui n’ont rien en commun) que les éléments secondaires (la grossesse, le viol, le retour au travail, être mère d’une adolescente, la gloire, les histoires d’un soir, l’homosexualité refoulée) ont été traités des centaines de fois. Finalement, Firefly Lane est un gros soap avec beaucoup de budget. (2/5)

The Sinner – Saison 3 (Netflix)
À la télévision, il arrive très souvent que la qualité d’une série diminue avec le temps. C’est le cas avec The Sinner, dont la troisième saison a été mise en ligne samedi dernier sur Netflix. Si la première saison était exceptionnelle et que la seconde était excellente, la troisième, elle, est correcte, sans plus. On y suit à nouveau le détective Ambrose (Bill Pullman), qui se retrouve au coeur d’une enquête compliquée. Le policier croit que le survivant d’un accident mortel est un psychopathe en puissance. Malheureusement, dans cette nouvelle mouture, le personnage de Pullman multiplie les décisions étranges qui font en sorte que l’intrigue perd toute crédibilité – et s’étire tellement inutilement. Le mystère, comparativement aux deux saisons précédentes, est également beaucoup moins inspiré. Bref, on a droit, à ma grande déception, à une série qui semble avoir été écrite à la hâte et sans trop de rigueur. Même Pullman, absolument brillant dans le passé, est moins bon que dans les saisons précédentes. À voir seulement si vous êtes un grand amateur de la série. Et encore… (2/5)

P.S. Si vous cherchez une bonne émission à voir en fin de semaine, je vous conseille Crime Scene: The Vanishing at the Cecil Hotel, sur Netflix. Les deux premiers épisodes m’ont fasciné. Je vous en reparle la semaine prochaine.

À surveiller cette semaine

The Crew (Netflix) (En ligne lundi)
Netflix a dépensé sans compter pour promouvoir cette nouvelle série qui met en vedette le parfois-mais-pas-toujours excellent Kevin James (Paul Blart). Il incarne le chef d’équipe pas très futé d’une putride équipe de NASCAR qui devient la propriété d’une jeune femme.

The Boarding School: Las Cumbres (Amazon Prime) (En ligne vendredi)
Cette série espagnole porte sur Las Cumbres, une école privée pour adolescents à problèmes. Jusque là, rien de bien original. Sauf que l’école est située dans un ancien monastère isolé et que ses élèves ont peur d’en sortir parce que la forêt qui l’entoure est réputée pour abriter une loge médiévale sataniste…