Les renards ne sauraient s’occuper du poulailler

La directrice générale des élections du Nouveau-Brunswick fait une série de recommandations postélectorales pour un changement législatif à la suite des élections provinciales de septembre 2020. Celle-ci propose de poursuivre la dépolitisation et la modernisation du processus électoral dans la province.

La première recommandation de la directrice générale concerne la désignation des directeurs de scrutin et des secrétaires de scrutin. Elle souhaite que son bureau puisse embaucher ce personnel dans le cadre d’un processus fondé sur le mérite. Cette recommandation avait été formulée à plusieurs reprises après les élections générales précédentes mais est restée lettre morte.

Selon la directrice générale, le Nouveau-Brunswick est l’un des derniers endroits au Canada où la nomination des directeurs de scrutin relève du gouvernement. Au fédéral et dans la quasi-totalité des provinces et des territoires, c’est le directeur général des élections qui nomme les directeurs de scrutin.

Une autre recommandation importante concerne la désignation des préposés au scrutin spécial et ceux au scrutin. Actuellement ces personnes sont nommées par les directeurs de scrutin à partir des listes de candidats présentées par les partis politiques enregistrés. La directrice générale fait remarquer que «l’équité de l’exigence prévue par la loi est douteuse, puisqu’elle exclut trois des cinq partis politiques enregistrés du Nouveau-Brunswick». Selon la directrice générale, les trois dernières élections générales provinciales ont permis de constater que les partis politiques enregistrés ont éprouvé de la difficulté à fournir des noms de travailleurs potentiels pour occuper ces fonctions.

La directrice générale dans une lettre adressée au président et au greffier de l’Assemblée législative demande à comparaître devant le Comité de la procédure, des privilèges et des hauts fonctionnaires de l’Assemblée pour discuter de son rapport. Il est à souhaiter que le Comité accueille favorablement les recommandations de la directrice générale.

Un autre volet du rapport de la directrice générale des élections touche à la modernisation de notre processus électoral. Elle demande d’assouplir le processus de demande de bulletin spécial afin de voter par la poste. Elle signale que lors des dernières élections générales qui se sont déroulées pendant la pandémie de la COVID-19, nous avons assisté à une augmentation sans précédent de la part des électeurs de la demande de pouvoir voter par la poste.

La balle est maintenant dans le camp des députés à Fredericton tous partis confondus. La directrice générale des élections souligne que les recommandations contenues dans son rapport ne peuvent pas être mises en œuvre sans des modifications à la Loi sur les élections.

Le Canada est un chef de file dans le monde en matière de dépolitisation de son processus électoral tant au fédéral que dans les provinces et territoires. Le triste spectacle des dernières élections présidentielles et législatives aux États-Unis nous enseigne que pour que les résultats électoraux soient acceptés et considérés légitimes par la population, il est important d’éloigner les partis politiques de la gestion du processus électoral.

Les renards ne sauraient s’occuper du poulailler!