Gâchis électoral

Tout avait bien commencé lorsqu’Andrew Furey, premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, a décidé de déclencher des élections pour le 13 février. La COVID-19 était quasi inexistante et Furey, remplaçant libéral du premier ministre démissionnaire Dwight Ball, avait hâte de gagner une majorité des sièges (ce que lui promettaient les sondages) avant de devoir révéler à ses concitoyens l’ampleur de l’austérité qui s’annonce.

Ce pari risqué a tourné au cauchemar avec l’arrivée du «variant anglais» et nous sommes plongés depuis dans une sorte de film de science-fiction qui serait drôle s’il n’était pas si grave. Il semble, en effet, que le Directeur des élections et le gouvernement n’aient pas prévu ce qui arriverait si le virus montrait le bout de son nez.

La Loi électorale de la province, manifestement consultée trop tard, ne prévoit pas la pandémie mais elle prescrit clairement les divers modes de scrutin permis, la période de campagne – entre 28 et 35 jours – et les prérogatives du Directeur des élections. Aujourd’hui, le moins qu’on puisse dire c’est que la Loi ne fait plus loi!

D’abord, depuis le 7 février et le retour du confinement, les électeurs ne peuvent voter que par la poste, ce qui n’est pas légal. Et comme il faut laisser le temps pour voter de cette façon, la date limite ne cesse de changer: on est rendu au 13 mars, à présent! Inutile de préciser que la durée limite d’une campagne à 35 jours est dépassée depuis longtemps et que le Directeur des élections n’avait pas le mandat de faire tous ces choix.

Cette débâcle totale et complète aura deux conséquences sérieuses: bien des électeurs vont abandonner la partie et se passer de voter ce qui fait qu’on va sans doute avoir un taux de participation catastrophique (c’était seulement 55% en 2015) et, la légitimité même de l’élection sera mise en cause et sans doute contestée devant les tribunaux.

Devrons-nous retourner aux urnes, une fois vaccinés? C’est tout à fait possible et c’est une dépense considérable dont la province n’a pas les moyens et qui risque de coûter bien cher aux libéraux. Un gâchis, en somme!