Le Parti libéral doit virer au vert

Le Parti libéral du Nouveau-Brunswick est en train de manquer le bateau en matière d’environnement. Contrairement à son grand frère fédéral, le parti provincial ne semble pas encore avoir saisi l’urgence de la situation et l’importance de s’adapter aux changements climatiques.

Son ancien chef, Brian Gallant, avait pris l’habitude de dire lorsqu’il était au pouvoir que le réchauffement de la planète était le plus grand défi auquel le monde était confronté. Cela ne l’a toutefois pas empêché de présenter une taxe sur le carbone bidon qui a rapidement été rejetée par le gouvernement fédéral tellement elle était faible. Son successeur, Kevin Vickers, aimait beaucoup dire qu’il était plus vert que les verts. Il n’a cependant jamais su aller au-delà du slogan sauf pour faire la promotion des petits réacteurs nucléaires modulaires. Encore aujourd’hui, la lutte aux changements climatiques n’est tout simplement pas sur le radar de l’opposition officielle même si elle fait face à un gouvernement progressiste-conservateur qui s’en fout complètement.

Plus tôt ce mois-ci, les libéraux de la Nouvelle-Écosse ont choisi un ancien ministre de l’Environnement pour tenir les rênes de leur parti et de leur province. Iain Rankin avait fortement misé sur la transition énergétique durant sa campagne au leadership. À l’échelle du continent, la lutte aux changements climatiques est sur le point de s’accélérer immensément grâce au plan ambitieux du nouveau président américain Joe Biden. Cela aura assurément des répercussions au pays et même jusqu’au Nouveau-Brunswick.

Les libéraux provinciaux devraient s’inspirer de Justin Trudeau, de Joe Biden et de Iain Rankin au lieu de continuer à faire l’autruche. M. Trudeau a d’ailleurs prouvé deux fois plutôt qu’une que l’on peut gagner des élections au Nouveau-Brunswick tout en prenant la question climatique au sérieux. La course à la chefferie, lorsqu’elle aura enfin débuté, sera l’occasion rêvée pour le Parti libéral de prendre un véritable virage vert. Espérons que les partisans ne gaspilleront pas cette chance.