Quand Irving ne veut plus jouer

Irving Oil a fait perdre beaucoup de temps à bien du monde ces dernières semaines avec son urgente demande d’augmentation de la marge des grossistes de produits pétroliers. Si la Commission de l’énergie et des services publics avait donné raison à Irving Oil, cette demande aurait coûté environ 60 millions $ de plus par année aux consommateurs d’essence, de diesel et d’huile à chauffage de la province. Il était d’ailleurs si pressant d’accorder aux grossistes cette augmentation allant jusqu’à 75% dans certaines catégories de carburant que l’entreprise tenait absolument à ce qu’une partie de cette hausse lui soit consentie immédiatement, avant même qu’une audience complète sur la question puisse avoir lieu.

Les dirigeants d’Irving Oil ont même fait une mise en garde à la commission: sans cette augmentation, la pression financière à laquelle est soumise l’entreprise pourrait nuire à sa capacité d’approvisionner ses clients du Nouveau-Brunswick.

Le mois dernier, la commission a rejeté la demande de la pétrolière pour une augmentation immédiate de la marge des grossistes en attendant l’examen complet de la question prévue en avril. Selon la commission, Irving Oil n’a pas fourni la preuve que sa situation financière était si mauvaise qu’une augmentation immédiate était nécessaire.

Cette semaine, l’entreprise a préféré retirer sa demande et renoncer aux hausses réclamées plutôt que d’avoir à participer à de nouvelles audiences de la commission et d’avoir à répondre aux questions du public. On peut d’ailleurs supposer que ses dirigeants ne s’attendaient pas à faire face à une résistance si bien organisée de la part de groupes de citoyens.

Il faut croire que la pression financière sur les épaules d’Irving Oil n’était pas si lourde que ça en fin de compte. Avoir su, le ministre des Ressources naturelles et du Développement de l’énergie, Mike Holland, aurait peut-être choisi de s’éviter l’embarras de rompre son devoir de réserve pour appuyer publiquement la pétrolière devant la commission.