«Ne regarde jamais en arrière à moins que vous ne prévoyiez de suivre cette voie.» – Henry David Thoreau

«Je ne peux pas croire que j’ai fait ça!»
«Si seulement j’avais pris un chemin différent…»
«Pourquoi fais-je toujours de mauvais choix?»
«Si j’avais accepté, je n’aurais pas tout gâché.»
«J’aurais dû refuser!»

Levez la main si vous avez déjà formulé de telles phrases en vous critiquant. Levez la main si vous vous êtes déjà senti nul après avoir fait fausse route. Levez la main si vous vous tourmentez en pensant au chemin que vous n’avez pas emprunté. Vous ne me voyez pas, mais ma main est bien haute, tentant d’atteindre le ciel. Ça suffit, j’ai le bras fatigué!

Aujourd’hui, je me dis qu’il n’y a pas de mauvaises décisions. Il n’y a que les décisions que j’accepte, celles que je change, celles qui me servent de leçon ou celles qui me font poursuivre ma route. Il est fondamental de prendre des décisions; l’inertie ne nous pousse pas à grandir et à évoluer.

Malin rétroviseur

Force est de constater que, après coup, il est si facile de dire qu’il aurait été mieux d’agir de telle ou telle façon. Mais la vie n’est pas ainsi; nous devons faire des choix sans savoir ce qui en découle. Ressasser ses choix et fixer le rétroviseur en pensant «j’aurais dû…» n’est pas bénéfique. Chaque fois que nous prenons une décision, je crois sincèrement que nous faisons de notre mieux en fonction des connaissances et des capacités que nous avons à ce moment-là.

Acceptation

Récemment, j’ai eu à prendre une décision importante. À regarder les conséquences actuelles, il serait tentant de placer une pancarte (lumineuse) sur mon front qui dit «mauvaise décision». Or, je choisis de la voir tout simplement comme une décision. Oui, elle a engendré son lot d’obstacles pénibles, mais ce qui est fait est fait. Je fais du mieux que je peux, j’assume les conséquences, j’en tire des leçons et j’avance (sans fixer le «rétroviseur des décisions pourries»).

Selon moi, il y a des raisons – appelez cela le destin si vous voulez – que nous nous retrouvons sur certains chemins. Il y a de nombreux détours avant d’arriver à nos fins et, même si ces détours semblent sombres, ils s’avèrent parfois être une forme de bénédiction.

Finis les regrets

Je vous quitte sur cet extrait d’une œuvre d’Édith Piaf. Il serait préférable d’écouter cette chanson plutôt que de la lire. Qu’à cela ne tienne! Chantez-la! Même si vous chantez faux comme moi.

Non, rien de rien
Non, je ne regrette rien
Ni le bien qu’on m’a fait
Ni le mal, tout ça m’est bien égal
Non, rien de rien
Non, je ne regrette rien
C’est payé, balayé, oublié
Je me fous du passé!

Assumons nos choix!

Défi de la semaine

Ayez le courage de revoir une décision douteuse qui vous hante encore aujourd’hui. Acceptez pleinement d’avoir fait ce choix à ce moment. Lâchez prise. Regardez vers l’avant.

web_spiritualite
François en Irak