Au même titre que les matières grasses et le sodium, le sucre a su se tailler une place sur le banc des accusés au fil des années. Bien qu’il soit important d’en limiter sa consommation, l’objectif est d’atteindre un équilibre, ce qui veut dire qu’il est tout à fait possible de profiter occasionnellement des petits plaisirs sucrés de la vie. Cela est d’autant plus vrai si le sucre provient des fruits et d’aliments nutritifs cuisinés à la maison.

Trouver un sain équilibre

Est-il possible de satisfaire vos envies sucrées tout en maintenant une saine alimentation? Oui, et voici des conseils pour y parvenir sans trop de difficulté:

– L’objectif n’est pas d’éliminer d’un seul coup de votre vie tous vos aliments sucrés préférés, mais plutôt de n’en consommer qu’à l’occasion (pas tous les jours) et en petites quantités (portions préétablies). Cette pratique favorisera chez-vous l’état de plaisir plutôt que la culpabilité.

– Si vous avez l’habitude de consommer des sucreries quotidiennement, faites l’expérience d’en manger plutôt aux deux jours. Cette réduction graduelle est plus facile à réaliser et beaucoup plus positive.

– Lorsque vous choisissez de consommer une sucrerie, assurez-vous d’avoir tout votre temps! À l’opposé, si vous la consommez rapidement, par exemple entre deux vidéoconférences, vous en retirerez beaucoup moins de plaisir.

– Réduisez la taille des bouchées ou le nombre d’unités que vous consommez à la fois. Par exemple, plutôt que de prendre un gros carré de chocolat, n’en prenez que la moitié à la fois, puis laissez-le fondre sur la langue, une belle façon de faire durer votre plaisir! Même chose pour les petits bonbons: savourez-en quelques-uns à la fois plutôt que vous mettre une grosse poignée dans la bouche!

– Évitez toujours de faire l’épicerie le ventre vide! D’une part, un cerveau affamé ne pense pas de façon rationnelle, et de l’autre, la faim favorise les achats impulsifs d’aliments sucrés hautement transformés.

– Si vous prenez la décision d’acheter des sucreries, optez pour les petits formats individuels. Sachant que rien n’égale la satisfaction que procure la «première bouchée», vous n’avez donc pas besoin d’en manger beaucoup pour satisfaire vos papilles.

– Désensibilisez vos papilles aux diverses sources de sucre (sucre blanc, cassonade, miel, sirop d’érable, etc.). Pour ce faire, réduisez «graduellement» les quantités de sucre dans le café ou le gruau, les quantités de sirop d’érable sur les crêpes ou de tartinade au chocolat sur les rôties.

– Réduisez du tiers ou de moitié la quantité de sucre dans vos recettes de muffins ou de biscuits.

– Remplacez vos sucreries par des aliments sains: raisins congelés, sucettes glacées à base de purée de fruits, yogourt grec recouvert de fruits frais, boules d’énergie à base de dattes et de noix, muffins au son, pouding de chia, petit smoothie maison, etc.

– Assurez-vous de consommer suffisamment de protéines et de fibres à chaque repas. En plus d’avoir un pouvoir rassasiant, les protéines et les fibres ralentissent la digestion et l’absorption des sucres (glucides), ce qui donne un taux de glycémie plus constant et moins de «rages de sucre».

Et comme dernier conseil, je vous rappelle que même si vous avez une rage de sucre, sachez qu’elle n’est que passagère! N’y succombez pas tout de suite. Au bout de dix minutes, son intensité aura diminué. Donnez-vous au moins la chance d’essayer. Vous risquez une agréable surprise!

En souhaitant que les trois chroniques de mars, mois de la nutrition, vous aient plu, je vous souhaite un excellent samedi!

web_spiritualite
Dépouillement