À quand une fumée blanche à Radio-Canada Acadie?

La haute direction de Radio-Canada n’était pas peu fière d’annoncer au printemps de 2017 la nomination de Colette Francoeur comme la nouvelle directrice régionale de Radio-Canada Acadie. Le directeur général des Services régionaux de la SRC, Marco Dubé, qualifiait cette annonce de «superbe» et qu’il était «vraiment fier de la faire». Il expliquait que celle-ci possédait «une vaste expérience comme gestionnaire de gestion».

Trois ans plus tard, un autre cadre de Radio-Canada, Jean-François Rioux, annonçait aux employés de Radio-Canada Acadie le départ immédiat de Colette Francoeur avec aucune explication. Les communautés acadiennes et francophones de l’Atlantique attendent toujours de connaître les raisons du départ précipité de cette employée d’expérience qui occupait avant sa nomination le poste de directrice générale des ressources humaines et relations de travail à la SRC.

Jean-François Rioux expliquait qu’il «s’agit d’un poste important pour la réalisation pour notre mission, soit d’offrir aux Acadiens une programmation régionale pertinente ainsi qu’une couverture de l’actualité ancrée dans leur quotidien et de faire rayonner la vie en Acadie auprès de tous les Canadiens sur l’ensemble de nos plateformes». Il indiquait du même souffle «qu’un processus d’embauche s’amorcera rapidement». Quelque quatre mois plus tard, nous attendons toujours la tête que doit nous ramener une firme de chasseur de têtes.

La personne qui sera choisie par la haute direction de Radio-Canada aura de grandes chaussures à remplir. Parmi les titulaires du poste de directeur général de Radio-Canada Acadie, nous pouvons mentionner Laetitia Cyr. Lors de son décès en 1999, le recteur de l’Université de Moncton expliquait que «devenue la première femme à occuper un poste de la direction des programmes à Radio-Canada, Mme Cyr a apporté une contribution fort importante au développement des arts et de la culture en Acadie par le truchement d’une radio qu’elle voulait de grande qualité pour tous les francophones de l’Atlantique»

D’autres figures marquantes ont occupé cette importante fonction comme Claude Bourque et Louise Imbeault l’actuelle présidente de la Société Nationale de l’Acadie. Dans son mémoire présenté au CRTC lors d’audiences récentes pour le renouvellement des licences de diffusions de la SRC, la SNA concluait qu’il «est clair que si la SRC n’était pas si essentielle à l’épanouissement de l’Acadie et de la francophonie canadienne, il y a longtemps que la Société Nationale de l’Acadie et tant d’autres organismes de défense des droits des francophones auraient abandonné la lutte».

Il est évident que le poste de direction régionale de Radio-Canada Acadie est fondamental pour l’Acadie. Le processus de sélection actuel semble des plus opaques et rien n’indique que la société civile acadienne par le biais de son riche monde associatif a été consultée. Tout au plus nous avons droit à un bruissement de rumeurs quant aux candidatures sélectionnées pour des entrevues.

Avant de surprendre l’Acadie avec un candidat venant de nulle part, il serait important de consulter des organismes comme la SNA, la SANB et l’AAAPNB.