Pour en terminer avec le Blizzard d’Edmundston

C’est triste ce qui arrive au Blizzard d’Edmundston.

Pour un joueur de hockey, c’est déjà déprimant de rater les séries éliminatoires deux années de suite. Imaginez quand ce même joueur se voit priver coup sur coup de son nanane du printemps, alors que son équipe est équipée pour veiller tard chaque fois.

On peut facilement comprendre la peine des vétérans Félix Rioux, Marc-Antoine Bérubé-Jalbert, Paul Leroux et Isaac Chapman. Désormais trop vieux pour le hockey junior, ils viennent de voir s’envoler des opportunités qu’ils ne pourront plus jamais revoir.

C’est d’autant plus cruel que ces gars-là, pour atteindre leur objectif, ont fait des sacrifices énormes, dont le plus grand aura été de ne pas voir leur famille depuis la fin du mois d’août.

Comme le Blizzard devrait à nouveau compter sur un excellent club en 2021-2022, j’ose croire que leurs coéquipiers plus jeunes, particulièrement les Jérémy Duguay, Félix Laniel, Mitchell McLeod, Antoine Lyonnais et Dylan Lang qui ont gravité autour d’eux au cours des deux dernières campagnes, garderont en tête à quel point ils sont chanceux d’avoir une autre chance de remporter un championnat.

Desrosiers, un Blizzard fier

Sans nouvelles depuis plusieurs mois des Wildcats de Moncton, le défenseur Jonathan Desrosiers espère à tout le moins obtenir une invitation pour le prochain camp d’entraînement.

Cela dit, l’ancien joueur des Flyers de Moncton ne sera pas malheureux pour autant si jamais il devait revenir dans le giron du Blizzard.

«Je suis heureux à Edmundston. Nous sommes traités aux petits oignons. En fait, l’équipe est pas mal gérée comme si c’était du junior majeur. En plus, nous avons des partisans incroyables. Cet hiver, nous avons accueilli pour chaque match local le maximum de spectateurs qui étaient permis selon les normes de la Santé publique», m’a confié le Dieppois, jeudi après-midi.

Jérémy Duguay est un autre Acadien qui est fier de porter l’uniforme du Blizzard.

Duguay, dont les droits dans la LHJMQ appartiennent aux Huskies de Rouyn-Noranda, ne se voit nulle part ailleurs qu’à Edmundston la saison prochaine.

«Le Blizzard est mon plan A, soutient le hockeyeur de Tracadie. Je vais disputer ma saison de 19 ans et je m’attends à obtenir un rôle important avec l’équipe.»

Rioux avec le Bleu et Or?

L’attaquant Félix Rioux, dont la carrière junior est maintenant terminée, ne sait toujours pas où il va jouer la saison prochaine.

«Je n’ai pas encore reçu d’offre universitaire. C’est évident que je vais accepter avec plaisir la première offre qui va m’être offerte. Sinon, je compte me présenter à l’Université de Moncton. J’aimerais d’ailleurs participer au camp d’entraînement des Aigles Bleus si c’est possible. Je connais déjà plusieurs gars dans l’équipe, dont Alexis Arsenault, Rémy Anglehart, Olivier-Luc Haché et Gabriel Vanier», révèle celui qui, la saison dernière, a remporté le titre de joueur-étudiant de l’année dans la Ligue de hockey des Maritimes (LHM).

Bref, si jamais l’entraîneur-chef des Aigles Bleus Judes Vallée est à la recherche d’un peu plus de profondeur, il y a là un athlète qui ne demande qu’à avoir sa chance.

Nadeau désormais un Black Bear

Les partisans du Blizzard d’Edmundston auraient sûrement aimé voir davantage le jeune prodige de 17 ans Joshua Nadeau, mais la pandémie en aura décidé autrement.

Nadeau, dont la moyenne de 2,07 points par match est la meilleure de la LHM, évoluera la saison prochaine pour les Black Bears de l’Université du Maine dans la NCAA.

Sa moyenne lors des parties locales était encore meilleure puisqu’il a produit à un rythme de 2,27 points par parties lors des 11 parties (11-14=25) disputées au Centre Jean-Daigle. En 15 matchs, celui qui a levé le nez au junior majeur, et du même coup au Titan d’Acadie-Bathurst, a enregistré 13 buts et 18 passes pour 31 points.

«C’est évident que nous aurions aimé l’avoir plus longtemps avec nous, soutient le président du Blizzard André Lebel. Nous avons fait des efforts impossibles pour le convaincre de jouer ici. Même si ça n’aura pas été pour longtemps, nous sommes chanceux de l’avoir vu porter l’uniforme de l’équipe. Nous sommes tout de même contents de le voir s’en aller à l’Université du Maine. Nous sommes quand même là pour développer des joueurs.»

André Lebel a par ailleurs tenu à ajouter que l’équipe devrait compter sur de très bons joueurs locaux la saison prochaine, à commencer par le jeune vétéran Dylan Lang. Les défenseurs Jérémie Thibodeau et Jacob Long (Cap-Breton), l’attaquant Noah Gibbs et les gardiens Matthew Parker et Nathan Nadeau sont d’autres joueurs qui pourraient faire partie de l’équipe. Dans le cas de Thibodeau (Chicoutimi), Long et Gibbs (Québec), tout dépendra de ce que décideront leur équipe junior majeur respective.

«Il ne faut pas oublier que nos recruteurs préparent déjà le prochain repêchage et que d’autres locaux pourraient venir s’ajouter», signale le président du Blizzard. Le jeune frère de Joshua, Bradley, pourrait être l’un d’eux. On dit d’ailleurs de Bradley qu’il est aussi bon que son frère.»

Deux joueurs du Titan dans le top-5

Croyez-le ou non, malgré le fait que l’équipe a disputé près d’une dizaine de matchs que la majorité des clubs de la LHJMQ, on retrouve deux joueurs du Titan d’Acadie-Bathurst dans le top-5 des meilleurs buteurs du circuit.

Benett MacArthur occupe la troisième position avec ses 23 réussites, derrière les deux locomotives des Islanders de Charlottetown, Cédric Desruisseaux (38) et Thomas Casey (27).

Alors que l’ancien des Sea Dogs de Saint-Jean Joshua Roy, désormais avec le Phoenix de Sherbrooke, se retrouve au quatrième échelon avec 22 buts, le capitaine du Titan Mathieu Desgagnés et l’ex-Wildcats de Moncton Elliot Desnoyers, des Mooseheads de Halifax, suivent au cinquième rang avec 21 filets.

Par ailleurs, MacArthur et Desgagnés occupent exactement les mêmes positions quand on tient compte uniquement de la moyenne de buts par partie.

Dans ce département, les cinq meilleurs sont dans l’ordre Desruisseaux (1,09 but par match), Dawson Mercer (,826), des Saguenéens de Chicoutimi, MacArthur (,821), Casey (,818) et Desgagnés (,808).

Dans une saison régulière de 68 matchs, MacArthur et Desgagnés vogueraient vers des campagnes respectives de 56 et 55 buts.

Notons que deux autres joueurs produisent également à un rythme qui leur aurait permis d’atteindre le plateau des 50 buts, soit Alex Beaucage (,772), des Tigres de Victoriaville, et William Dufour (,739), des Voltigeurs de Drummondville.

Et pour ceux et celles qui se posent la question au sujet de Desruisseaux, la vedette des Islanders se dirigerait dans une saison normale vers une campagne de 74 buts. Du jamais vu depuis les 71 filets de Thomas Beauregard en 2006-2007.