Réflexions lumineuses sur l’existence

Chacune à leur manière, ces deux œuvres abordent l’existence humaine. D’abord, le roman de Danielle Losier qui nous amène sur le chemin de la résilience, et puis le nouvel album fascinant des Fils du Facteur qui nous invite à danser quand tout va mal.

Les saisons du cœur, Danielle Losier

De quelle force sont dotés les êtres humains pour traverser les tempêtes? Voilà un peu la prémisse de ce premier roman de Danielle Losier. L’auteure de Tracadie nous entraîne dans l’univers hospitalier et de l’aviation. C’est une histoire d’amour profond, d’amitié et de résilience. Hélène, une jeune entrepreneure, se retrouve dans le coma à l’hôpital à Montréal après avoir été victime d’un accident de la route. Son amoureux André, un pilote de ligne, veille sur elle, même si parfois il se sent un peu épuisé. Hélène qui est en état de choc a plusieurs fractures et petit à petit, elle devra réapprendre à vivre et à composer avec sa nouvelle réalité. Autour d’elle gravitent quelques personnages, sa mère, sa grande amie Christine, des infirmières, des médecins, un psychiatre et des patients, dont Michel qui a vécu lui aussi un grand traumatisme.

Et comme si ce n’était pas suffisant, un autre drame viendra ébranler la vie d’Hélène. Comment arrivera-t-elle à s’en sortir? Sa force, le soutien et l’amour de ses proches seront-ils suffisants?

Si en voyant le titre, j’ai cru d’abord à un roman d’amour un peu fleur bleue, rapidement j’ai pu constater que l’auteure va plus loin en abordant plusieurs thèmes liés à l’existence, dont le dépassement. C’est en remportant de petites victoires qu’Hélène se dirige tranquillement vers une guérison physique et psychologique. Elle connaîtra des hauts et des bas. Comme le souligne Gloria Savoie dans la préface, ce roman nous amène au «dépassement, à quelque chose de très profond, de très solide, de très serein et de très paisible.»

Si le coma et l’univers hospitalier ont été abondamment traités en littérature, il reste que l’auteur nous propose une œuvre somme toute assez unique en s’appuyant sur les valeurs humaines. On suit le récit qui s’étend sur une année, de jour en jour et d’heure en heure, un peu comme un scénario de film. Bien que l’intrigue a tendance à s’essouffler par moment, c’est réussi comme premier roman. Une certaine lenteur s’installe dans l’évolution du récit et l’auteur prend le temps de développer ses personnages. Ce n’est pas l’action qui prime, mais plutôt les émotions.

Danielle Losier qui a fait des études en sciences infirmières et travaillé dans les hôpitaux s’est inspirée de son expérience et de la vie en général pour écrire ce roman. En cours d’écriture, elle a fait des recherches notamment pour approfondir ses connaissances dans le domaine de l’aéronautique. (Éditions de la Francophonie, 2021) ♥♥♥

Jusqu’ici ça va, Les Fils du Facteur

Croisement entre la tradition et la modernité, ce groupe originaire de la Suisse un peu pince-sans-rire a le don d’étonner et de trouver l’équilibre entre l’ombre et la lumière. Le quatuor nous présente son quatrième album, Jusqu’ici ça va, qui multiplie les genres musicaux, avec 12 titres naviguant à travers le folk lumineux et relevé, le funk, le rap, l’électro pop et les rythmes lancinants du sud. La variété est au rendez-vous avec de belles trouvailles. Chaque chanson a son propre univers.

Vous avez peut-être vu ou entendu ce groupe lors de sa mini tournée en Acadie en 2018. Il était alors en formule duo. Ce sont véritablement des chansonniers des temps nouveaux qui valent le détour. Les textes bien ficelés sont aussi très intéressants puisqu’ils posent un regard lucide et moderne, parfois critique, sur le monde. Le groupe s’interroge, entre autres, sur l’avenir de la terre et sur son époque à l’ère des réseaux sociaux, de l’information en continu, des égotrips et de l’emprise de l’argent.

Des pièces nous invitent aussi à l’évasion comme la magnifique Ostende évoquant l’audace et l’insouciance de la jeunesse. «Si on roule toute la nuit demain on est à la mer…» Dans l’ensemble, certaines chansons m’ont plu davantage comme Ostende, Hier encore, Danser sous la pluie et Des cendres; une pièce touchante et tellement vraie sur le deuil. L’album arrive dans nos écouteurs ce vendredi 30 avril. ♥♥♥½