La COVID-19 et ses gérants d’estrade

Après plus d’un an sous les effets dévastateurs de la COVID-19, plusieurs enseignements apparaissent au grand jour. Le virus est insensible à la désinformation et aux discours populistes des Donald Trump de ce monde.

La Chine d’où est originaire le virus a pris dès janvier 2020 des mesures que certains ont qualifiées comme étant abusives et démesurées. On peut songer à l’obligation de porter le masque tant à l’intérieur qu’à l’extérieur et l’exigence de faire la quarantaine dans des hôtels désignés.

Les politiciens qui se sont improvisés experts en santé publique en rejetant du revers de la main les avis de leurs professionnels de la santé ont tout simplement mis à risque leur population. Ce n’est pas un hasard que les deux provinces canadiennes qui enregistrent les plus hauts taux de contamination à la COVID-19 sont l’Alberta et l’Ontario.

Les provinces atlantiques sont sans contredit les meilleurs élèves concernant la gestion de la COVID-19. Très tôt au début de la pandémie les premiers ministres des quatre provinces ont choisi de suivre les avis de leurs médecins-hygiénistes. Le Nouveau-Brunswick est même allé plus loin en mettant sur pied un comité du cabinet de la COVID-19 en y incluant les chefs des partis d’opposition représentés à l’Assemblée législative. Le gouvernement Higgs a même mis en place un groupe de travail composé de spécialistes des maladies infectieuses et du sous-ministre provincial de la Santé.

Les récentes éclosions de la CODID-19 au Madawaska ont montré que la situation est des plus volatiles. Avec l’arrivée dans la province de variants qui augmentent de manière importante la contagion du virus démontre à quel point une situation apparemment sous contrôle peut soudainement dégénérer dans une crise sanitaire où notre système de santé est mis à rude épreuve.

Le chemin d’un retour à la normale passe par le maintien de mesures sanitaires contraignantes et le succès de la campagne de la vaccination. Comme nous sommes dans une société démocratique avec de surcroît une Charte des droits et des libertés, il faut toujours s’adonner au difficile mais nécessaire exercice du respect de nos droits fondamentaux et de la protection de tous les citoyens.

Plusieurs voix se sont élevées depuis le début de la pandémie pour dénoncer les mesures qualifiées d’excessives du gouvernement du Nouveau-Brunswick. Le premier ministre Blaine Higgs, considéré par plusieurs comme un père Fouettard avec des tendances autoritaires, est régulièrement épinglé dans les forums sociaux et parfois dans les médias.

Chose certaine, tous les premiers ministres de l’Atlantique peu importe leur couleur politique n’ont pas hésité à agir de manière décisive pour contrer la COVID-19. Le tout nouveau membre du club, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, est passé à l’offensive en doublant le montant des amendes pour ceux défiant les ordonnances des mesures d’urgence et en confinant pour les prochaines semaines tous les habitants de sa province.

Les gérants d’estrade devraient y songer à deux fois avant de condamner les dirigeants politiques qui prennent des décisions difficiles.