J’ai vu pour vous

Star Wars: The Bad Batch (Disney+)
Depuis que Disney a acheté les droits sur la saga Star Wars, la franchise a connu plus de ratés que de réussites au cinéma. Au petit écran, par contre, la série The Mandalorian a connu un succès critique et populaire inespéré. Déterminé à battre le fer pendant qu’il est chaud, Disney a donc annoncé le lancement de pas moins de onze séries télévisées qui se dérouleront dans l’univers de Star Wars. Obi-Wan Kenobi, Boba Fett et Ahsoka Tano auront notamment droit à de nouvelles aventures sur Disney+. Mardi, dans le cadre du Jour de la Force, la première de ces onze séries a été mise en ligne. Il s’agit de Star Wars: The Bad Batch, une émission d’animation qui met en vedette un bataillon de cinq clones dont les tares génétiques résultent en des habiletés bien précises. Ces soldats avaient fait leur première apparition dans la dernière saison de la série Clone Wars, l’an dernier. L’épisode mis en ligne mardi m’a surpris par sa durée: près de 90 minutes – contre 22 en moyenne, pour un épisode de Clone Wars. Il se déroule au moment où la République devient l’Empire galactique sous l’égide de l’ignoble Palpatine. Contrairement à leurs pairs «réguliers», les clones génétiquement altérés ont la liberté de penser et sont donc maintenant forcés de faire un choix: devenir des outils de destruction du nouvel empire ou déserter pour combattre aux côtés d’une petite bande de rebelles – menée par Saw Gerrera. Il est rare que l’éthique s’invite chez Star Wars, où tout est habituellement très noir ou blanc. Un changement très intéressant. Pour le reste, The Bad Batch est dans la lignée de Clone Wars: les animations sont superbes, le ton manque de subtilité et les personnages (masqués de surcroît) sont trop nombreux pour qu’on s’identifie à qui que ce soit. Reste que ma curiosité a été piquée et que je compte suivre la série avec intérêt, mais certainement pas autant que The Mandolorian. (3,5/5)

À surveiller cette semaine

The Crime of the Century (Crave) (En ligne lundi)
Tout le monde a entendu parler de la crise des opioïdes – qui a fait un demi-million de morts. Ce documentaire en deux parties de HBO et du Washington Post démontre comment les compagnies pharmaceutiques et Washington auraient pu endiguer le problème.

The Underground Railroad (Amazon Prime) (En ligne vendredi)
C’es tranquille sur Amazon en mai et cette série adaptée des écrits de Colson Whitehead est probablement la production la plus attendue. Elle traitera évidemment du réseau clandestin qui, au 19e siècle, permettait à des esclaves noirs de fuir vers le Canada. L’oeuvre est réalisée par l’excellent Barry Jenkins (Moonlight, If Beale Street Could Talk).

The Woman in the Window (Netflix) (En ligne vendredi)
J’ai vu à plusieurs reprises au cinéma la bande-annonce de ce film qui me semblait prometteur. Il sera finalement lancé directement sur Netflix. Avec une Amy Adams méconnaissable, Gary Oldman, Anthony Mackie et Whyatt Russell.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle