Un groupe de citoyens du Haut-Madawaska dénonce le manque de professionnels de la santé œuvrant à la clinique médicale située dans le village de Claire. Le comité composé de 14 membres fait du démarchage depuis deux ans pour que la clinique médicale du Haut-Madawaska puisse avoir une équipe composée de trois médecins et de trois infirmières praticiennes.

Un coup d’œil sur le site web du réseau de santé Vitalité permet de constater que la clinique médicale du Haut-Madawaska aurait sur papier deux nouveaux médecins, une infirmière praticienne et une infirmière. Le hic est que les deux jeunes médecins ont bénéficié de congés parentaux au cours des dernières années sans être remplacés. De plus deux autres médecins ont pris leur retraite dans la dernière année.

C’est donc quelque 5000 patients de la communauté rurale du Haut-Madawaska qui n’ont pas accès sur une base régulière à des services de santé à proximité de leur lieu de résidence.

De plus environ 2000 à 2500 patients n’ont pas de médecin de famille. Les citoyens du Haut-Madawaska n’ont d’autres choix que de parcourir une trentaine de kilomètres pour se rendre à Edmundston pour voir un médecin dans une clinique sans rendez-vous ou à l’urgence.

Le réseau de santé Vitalité a fait la sourde oreille au comité consultatif qui demande depuis un an et demi que la clinique médicale de Clair soit pleinement opérationnelle. Pour le moment, celle-ci s’apparente davantage à un établissement fantôme.

Comme le Réseau de santé Vitalité se traîne les pieds dans cette affaire, le comité consultatif s’est tourné vers le ministère provincial de la Santé.

La ministre pourra-t-elle faire bouger rapidement les choses?

Le comité consultatif s’impatiente avec raison et souhaite des résultats d’ici les douze prochains mois.

Cette situation est tout à fait inacceptable d’autant plus que la région du Madawaska a été particulièrement touchée par les effets ravageurs de la COVID-19. L’urgence de l’hôpital d’Edmundston a été par moment fermée au public. Il n’est pas non plus recommandé de fréquenter les services d’urgence en raison de la pandémie.

La communauté rurale du Haut-Madawaska compte plusieurs entreprises dont certaines sont essentielles pour notre société.

On peut souligner les abattoirs de volailles de Saint-François et de Clair qui emploient plusieurs centaines de travailleurs.

En raison de la pénurie de main-d’œuvre locale, ces deux entreprises ont dû recruter du personnel jusqu’en Europe et en Afrique.

Ces nouveaux arrivants vont s’ajouter à la longue liste des citoyens de la région qui n’ont pas accès à un médecin de famille et à des soins de santé primaires près de leur domicile.

La clinique médicale du Haut-Madawaska devrait s’inspirer de la polyclinique d’Isabelle-sur-Mer, située à Bas-Caraquet.

Celle-ci «a pour mission d’améliorer l’accès aux soins de santé en région rurale en regroupant plusieurs professionnels ensemble et ainsi donner l’opportunité à plusieurs nouveaux médecins de famille de prendre en charge une clientèle à la recherche d’un médecin».

De quoi faire rêver la population du Haut-Madawaska!

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle