Alors que le débat sur la pénurie de personnel infirmier prend de l’ampleur, la question d’assurer une rémunération concurrentielle par rapport aux autres provinces a refait surface.

Cela était entièrement prévisible. Le Nouveau-Brunswick n’évolue pas en vase clos quand cela vient aux dépenses de santé. Lorsque nos voisins bonifient leur rémunération, le Nouveau-Brunswick fait face à d’importantes pressions pour emboîter le pas.

Des affirmations circulent selon lesquelles le personnel infirmier néo-brunswickois serait moins bien payé que celui du Québec, voire de tout le reste du pays. Mais qu’en est-il exactement?

La Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers (FCSII) dresse un portrait annuel des contrats de travail à travers le pays.

Celui-ci couvre non seulement les salaires pour les différentes catégories de personnel infirmier, mais également d’autres éléments importants de la rémunération comme les primes, les congés, les assurances et les régimes de pension.

Commençons par le Québec. Selon la FCSII, le salaire annuel de base d’une infirmière à temps plein détentrice d’un baccalauréat au Québec allait de 49 200 à 88 200$ l’an dernier. Au Nouveau-Brunswick, cette fourchette s’étalait entre 63 700 et 77 500$. Pour ce qui est des infirmières auxiliaires, le salaire de base variait entre 42 600 et 57 400$ au Québec, contre 50 700 et 54 500$ au Nouveau-Brunswick.

Il semble donc que, loin d’être un boulet, les salaires seraient un atout pour attirer des jeunes recrues francophones au Nouveau-Brunswick. Cependant, pour le personnel infirmier plus expérimenté, le Québec semble offrir des salaires plus élevés.

Les écarts entre le Nouveau-Brunswick et les deux autres provinces maritimes sont généralement plus clairs. En Nouvelle-Écosse, la fourchette salariale de base pour le personnel infirmier immatriculé s’étalait de 68 700 à 80 900$ en 2020, alors qu’à l’Île-du-Prince-Édouard, le traitement variait entre 66 900 et 81 600$. Pour le personnel infirmier auxiliaire, le salaire de base allait de 49 300 à 59 000$ en Nouvelle-Écosse et de 47 800 à 52 000$ à l’Île-du-Prince-Édouard.

Cela dit, une partie des écarts entre le Nouveau-Brunswick et les deux autres provinces maritimes a trait au fait que le personnel infirmier du Nouveau-Brunswick est sans contrat de travail depuis environ deux ans.

Jusqu’à présent, le premier ministre Higgs semble entêté à imposer un gel salarial d’un an à tout le personnel du secteur public, suivi d’augmentations de 1% par année. Si celui-ci offrait plutôt au personnel infirmier des augmentations conformes à l’inflation, une bonne partie de ces écarts serait comblée.

À ces différences salariales s’ajoutent certains écarts en matière d’avantages sociaux, notamment les pensions de retraite. En Nouvelle-Écosse, l’âge auquel le personnel infirmer peut prendre sa retraite sans pénalité est de 60 ans. Au Nouveau-Brunswick, depuis 2014, c’est 65 ans.

Qui plus est, au Nouveau-Brunswick, les prestations de retraite sont désormais déterminées à partir du salaire moyen touché tout au long de la carrière. En Nouvelle-Écosse, c’est le salaire de fin de carrière—un chiffre passablement plus élevé—qui est utilisé.

Bien sûr, la rémunération n’est pas l’unique facteur qui entre en jeu quand vient le temps d’attirer de nouvelles recrues et de retenir le personnel déjà en place. Les conditions de travail—qui ne cessent de se détériorer—sont tout autant, sinon plus importantes.

Enfin, tout employé aime sentir que son travail est valorisé par son employeur. La proposition du premier ministre Higgs va entraîner pour le personnel infirmier une perte de pouvoir d’achat s’étalant sur plusieurs années. Cela n’est pas exactement la meilleure manière de communiquer son appréciation pour le travail héroïque des infirmières et infirmiers en ce temps de pandémie.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle