Le premier ministre Blaine Higgs n’est pas connu pour mener une fervente lutte contre les changements climatiques.

Il n’a pas non plus l’habitude d’imiter aveuglément les politiques de son homologue fédéral Justin Trudeau. C’est pourtant ce qu’il a fait plus tôt ce mois-ci avec sa décision de copier le programme fédéral d’incitatifs pour l’achat de véhicules électriques (VÉ).

Que s’est-il passé? Le premier ministre a-t-il trouvé son chemin de Damas climatique?

Rien n’est moins sûr. Les programmes de remise sur les VÉ sont un moyen peu efficient de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

C’est du moins présentement le cas au Nouveau-Brunswick. Le réseau électrique provincial, alimenté en grande partie par le charbon et autres combustibles fossiles, n’est pas exactement un modèle de développement durable. La production électrique représente un quart des émissions de GES de la province, tout juste derrière le secteur des transports (27 %).

Il semble donc y avoir anguille sous roche. Le premier ministre doit certainement nourrir un dessein plus large avec ce nouveau programme qui lui ressemble si peu.

Les délibérations du Cabinet étant confidentielles, nous ne saurons sans doute jamais ce qui a véritablement motivé cette décision. Il se peut toutefois fort bien qu’elle soit liée à la tenue prochaine d’élections fédérales et au projet de la «boucle de l’Atlantique» évoqué par plusieurs politiciens fédéraux de la région. Voici pourquoi.

Terre-Neuve-et-Labrador est dans un sérieux pétrin financier. Le premier ministre Trudeau se doit de trouver des moyens de lui venir en aide sans soulever l’ire des contribuables des autres provinces. La boucle de l’Atlantique est le moyen tout désigné pour y parvenir.

Cet automne, la centrale hydroélectrique de Muskrat Falls au Labrador devrait être mise en service. Sans soutien fédéral supplémentaire et sans débouchés extérieurs pour cette nouvelle source d’énergie, les tarifs électriques à Terre-Neuve-et-Labrador pourraient plus que doubler.

Or, il se trouve que le réseau électrique terre-neuvien est maintenant relié à celui des autres provinces Maritimes et que ces dernières sont dotées de centrales thermiques au charbon qu’Ottawa aimerait bien rendre oisives le plus tôt possible.

Grâce à la boucle de l’Atlantique, Trudeau pourrait faire d’une pierre deux coups: soutenir financièrement Terre-Neuve-et-Labrador par la porte arrière tout en accélérant le retrait de certaines centrales thermiques au charbon dans les Maritimes.

Il y a plus. Le projet de boucle de l’Atlantique pourrait éventuellement presqu’entièrement décarboniser la production électrique régionale. Bien sûr, l’hydroélectricité produite par le seul barrage de Muskrat Falls ne suffira pas à la tâche. Pour y arriver, il faudrait se tourner vers l’hydroélectricité du Québec, ce que la boucle permettrait de faire en intégrant mieux le réseau québécois et celui de la région.

La boucle de l’Atlantique offre une excellente occasion de promouvoir la région non seulement comme un endroit où il fait bon vivre, mais aussi comme un endroit respectueux du climat. Quoi de mieux comme vision pour le Canada atlantique pour des libéraux fédéraux en campagne électorale?

Et ce pourrait bien être là que l’annonce récente de Higgs entre en jeu. Comme l’a montré l’exemple de la Norvège, pour les gouvernements, rien ne crie «lutte aux changements climatiques» plus fort que l’image d’un VÉ qui recharge ses batteries. Or, avant l’annonce de ce mois-ci, le Nouveau-Brunswick était la seule province parmi les cinq partenaires de la boucle de l’Atlantique sans programme d’incitatifs à l’achat de VÉ.

Avec des élections fédérales à nos portes, nous allons probablement bientôt apprendre ce que renferme la boucle de l’Atlantique d’Ottawa pour le Nouveau-Brunswick. Nous comprendrons alors peut-être mieux pourquoi Blaine Higgs semble vouloir si étrangement courtiser les faveurs de Trudeau avec son programme de remise sur les VÉ.

 

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle