Il arrive des fois que le hasard fait drôlement les choses.

Prenez par exemple les Rapides de Grand-Sault. Eux, c’est le cas de le dire, le hasard a bien voulu s’attarder sur leur cas.

Dimanche dernier, les Rapides ont appris en quelques heures qu’Antoine Roy (Blainville-Boisbriand), Carter McCluskey (Saint-Jean) et Ethan Dollemont (Moncton) allaient poursuivre leur aventure dans le hockey junior au sein de la LHJMQ.

En soi, ce sont de bonnes nouvelles puisque l’objectif de chaque équipe de la Ligue junior des Maritimes est de voir leurs joueurs progresser dans leur sport. En même temps, perdre trois joueurs dotés d’un aussi beau potentiel peut faire très mal à un club de hockey.

Heureusement que le hasard était dans les parages et qu’il a eu pitié des Rapides.

Pendant qu’ils se faisaient déshabiller par la LHJMQ, les Rapides ont appris que Yannic Bastarache, Dominic LeBlanc et Keegan Hunt allaient faire le chemin inverse et se rapporter à leur camp d’entraînement.

Pour la petite histoire, Bastarache a été retranché du camp des Huskies de Rouyn-Noranda, LeBlanc a subi le couperet chez les Olympiques de Gatineau et Hunt a vu les Mooseheads de Halifax préférer faire une place à un joueur plus jeune.

À bien y penser, j’irais jusqu’à dire que l’arrivée de ces trois joueurs fait en sorte que les Rapides n’ont pas vraiment perdu au change. Ce qu’ils perdent en potentiel, ils gagnent en expérience.

Bastarache, pour un, aura l’occasion de démontrer à la planète hockey qu’il peut tenir un rôle offensif comme dans le temps qu’il portait les couleurs des Flyers de Moncton. Un rôle que le Titan d’Acadie-Bathurst, où il a passé les deux dernières campagnes, n’a jamais été en mesure de lui offrir.

Un rôle que le nouvel entraîneur-chef des Rapides Nick Tremere s’est d’ailleurs empressé de promettre au vétéran de 19 ans.

«C’est sûr que je suis un peu déçu d’avoir été coupé à Rouyn-Noranda, mais l’équipe préférait faire de la place à des plus jeunes. C’est dommage parce que j’avais le sentiment que j’aurais pu aider les Huskies. Là, je m’en vais à Grand-Sault et on m’a promis un rôle offensif. L’entraîneur m’a dit que j’allais être un de ses principaux attaquants et que j’allais jouer beaucoup», m’a révélé l’ailier droit originaire de Bouctouche.

«Je veux retrouver le plaisir de marquer des buts. Mon principal objectif est cependant d’aider mon club à gagner. Bien sûr j’aimerais bien convaincre une équipe de la LHJMQ de me donner une autre chance, mais je sais très bien que ça ne sera pas facile en raison de mon âge. Sinon, j’aimerais bien commencer à attirer l’attention des universités pour après ma saison comme joueur de 20 ans», a ajouté le hockeyeur de 6 pieds 1 pouce et 185 livres.

La filière néo-brunswickoise sera par ailleurs passablement riche en 2021-2022 chez les Rapides. Probablement la plus riche de toute la LHM.

Outre Bastarache, LeBlanc et Hunt, on y retrouvera également Kyle Foreman, Evan Jackson, Drew Johnston et Jérémie Gagnon. C’est sans oublier que les Rapides tentent de convaincre le joueur de 20 ans Noah Adams, de Saint-Jean, de se greffer au club. Adams a été acquis récemment des Bears de Smiths Falls de la Ligue centrale du Canada en Ontario.

Parmi les autres joueurs d’impact des Rapides, on note aussi les gardiens Nolan Boyd et Gio DiMattia, les défenseurs Zac Arsenault et Hunter Benoit, de même que les attaquants Alexis Cournoyer et Samuel Beaton.

40 Néo-Brunswickois dans la LHJMQ

À moins d’avis contraire, 40 Néo-Brunswickois devraient débuter la 53e campagne de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il s’agit d’une légère baisse à comparer à il y a un an alors qu’ils étaient 41 pour vivre l’expérience d’un match d’ouverture.

Pour l’ensemble de la dernière saison, 51 gars d’ici ont disputé au moins un match et il s’agissait, vous vous en doutez bien, d’un record. Cela dit, je ne serais pas surpris qu’une nouvelle marque soit établie en 2021-2022. En fait, je suis à peu près convaincu qu’on frôlera cette fois-ci les 55 Néo-Brunswickois dans la LHJMQ.

En attendant, voici les joueurs qui semblent avoir assuré leur place dans leur équipe respective:

Acadie-Bathurst (5): Jaxon Bellamy (Hampton), Marc-André Gaudet (Saint-Ignace), Lane Hinkley (Moncton), Cole Huckins (Fredericton) et David Doucet (Baie-Sainte-Anne).

Chicoutimi (5): Matteo Mann (Sackville), Sam McKinney (Fredericton), Jonathan Desrosiers (Dieppe), Will Allen (Moncton) et Alexis Dubé (Dieppe).

Saint-Jean (5): Hunter Gartley (Red Bridge), Peter Reynolds (Fredericton), Carter McCluskey (Quispamsis), Josh Lawrence (Fredericton) et Riley Bezeau (Rothesay).

Charlottetown (4): Lukas Cormier (Sainte-Marie-de-Kent), Patrick LeBlanc (Sainte-Marie-de-Kent), Drew Elliott (Musquash) et Sam Olivier (Saint-Jean).

Moncton (4): Ethan Dollemont (Quispamsis), Alexis Daniel (Moncton), Miles Muëller (Dalhousie/Biel-Bienne, Suisse) et Nicholas Blagden (Prince of Wales).

Rouyn-Noranda (4): Jared Cosman (Grand Bay-Westfield), Dyllan Gill (Riverview), Coen Strang (Moncton) et Alex Arsenault (Saint-Charles).

Québec (3): Evan Nause (Riverview), Nicolas Savoie (Dieppe) et Andrew Gweon (Fredericton).

Blainville-Boisbriand (2): Antoine Roy (Petit-Rocher) et Connor Richard (Quispamsis).

Cap-Breton (2): Dawson Stairs (Fredericton) et Kiefer Lyons (Quispamsis).

Gatineau (2): Samuel Savoie (Dieppe) et Cole Cormier (Dieppe).

Halifax (1): Dylan MacKinnon (Riverview).

Rimouski (1): Simon Maltais (Moncton).

Val-d’Or (1): Kale McCallum (Quispamsis).

Victoriaville (1): Justin Gendron (Dieppe)

Serge LeBlanc fier de nos paralympiennes

Quand il n’était pas occupé à traiter les joueuses de l’équipe nationale de hockey aux petits oignons ou encore à discuter avec sa femme et ses enfants sur FaceTime, le préposé à l’équipement Serge LeBlanc tentait de suivre du mieux qu’il pouvait les exploits de nos athlètes à Tokyo.

S’il a adoré voir à l’œuvre Geneviève Lalonde pendant les Jeux olympiques, il a toutefois dû se contenter de gruger les informations ici et là sur le web en ce qui concerne les Jeux paralympiques. La raison est fort simple, il était nettement plus occupé pendant les Mondiaux de hockey féminin.

Ça ne l’a cependant pas empêché de savourer la quatrième place de Kamylle Frenette au paratriathlon et la médaille d’argent de Danielle Doris en paranatation.

«Kamylle, même si je ne la connais pas beaucoup, je suis de près sa carrière, mentionne celui qui a ajouté mardi soir une autre médaille d’or internationale à sa collection. Danielle, je ne l’ai pas vu nager, mais je trouve ça le fun qu’elle ait pu gagner une médaille d’argent. Nous pouvons être fiers de ces filles.»

Parlant de Dorris, attendez-vous à toute une finale pour le 50m papillon, vendredi matin. Il faudra cependant se lever tôt pour voir la course en direct puisqu’elle est prévue pour 6h04 avant même le lever du jour.

La nageuse de Moncton devrait donner du fil à retordre à la favorite Mallory Weggemann, l’Américaine qui détient actuellement le record mondial de l’épreuve. C’est justement cette même Weggemann qui a devancé Dorris en début de semaine dans la finale du 100m dos.

À noter que les demi-finales du 50m papillon seront présentées jeudi en fin de soirée, plus précisément à 21h53.

En bref… Saviez-vous que le nouvel adjoint de Daniel Lacroix chez les Wildcats de Moncton, Nick MacNeil, sera l’entraîneur-chef d’Équipe Nouvelle-Écosse aux prochains Jeux d’hiver du Canada qui auront lieu sur l’Île-du-Prince-Édouard du 18 février au 5 mars 2023?… Du côté de l’Île-du-Prince-Édouard, l’entraîneur-chef sera Luke Beck… En ce qui concerne le Nouveau-Brunswick, tout semble indiquer que le nom de celui qui dirigera l’équipe masculine ne sera connu qu’en février. Ne soyez cependant pas surpris si l’ancien défenseur du Titan d’Acadie-Bathurst Brad Tesink devient l’homme de la situation. Il est actuellement l’entraîneur-chef de l’équipe provinciale des moins de 15 ans… Le directeur général du Titan Sylvain Couturier dit s’attendre à une éclosion offensive de Dylan Andrews. «Nous aimons beaucoup ce que nous voyons de lui en ce moment. C’est sûr que nous avons beaucoup de bons attaquants devant lui, mais il devrait ramasser sa part de points à 5 contre 5. Lane Hinkley en est un autre qui sera à surveiller. Il est arrivé au camp plus gros et plus fort, en plus d’avoir amélioré son coup de patin et son lancer», m’a confié le d.g. plus tôt cette semaine… La volleyeuse Renée-Gabrielle Comeau, de Saint-Sauveur, portera les couleurs de l’Université Sainte-Anne de la Nouvelle-Écosse. La finissante de l’École secondaire Népisiguit est une autre ancienne joueuse de l’excellent programme des Dynamites de la Péninsule acadienne…

 

 

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle