Selon le chroniqueur Roger Ouellette, la SNA court à sa perte. (Disons-le tout de suite : Roger Ouellette et moi avons déjà présidé l’organisme). Il en veut pour preuve que son assemblée annuelle s’est déroulée sans fanfare et que le nouveau Président, Martin Théberge, a affirmé que la SNA ferait ce que souhaitaient ses membres. Tout d’abord, l’assemblée s’est déroulée en ligne, COVID oblige et, comme le font la majorité des organismes en ce moment, elle s’est résumée à une simple réunion d’affaires plutôt que de s’étaler sur une fin de semaine.

Quant à la déclaration du président (le jour même de son élection), il n’a dit que la vérité puisque le Conseil d’administration oriente bel et bien les dossiers de la SNA. Pour le reste, donnons-lui un peu de temps pour développer ses propres ambitions.

Le chroniqueur aimerait bien, ça se sent, que «la SNA d’autrefois» reprenne du terrain, celle qui dominait le paysage communautaire, débordait de bénévoles et faisait un peu la pluie et le beau temps. Heureusement, ou malheureusement – là-dessus nos opinions diffèrent – rien ne sert d’espérer un retour en arrière: le monde et l’Acadie d’alors n’existent plus, les modèles communautaires et les formes d’engagement bénévole ont complètement changé. Et que dire du financement, entre autres le fonds pour la diplomatie civile qui a tant servi à la SNA pour son travail international et qui a été éliminé en 2007!

Tout ceci ne signifie nullement que la SNA est inutile. Réfléchissons: qui a revendiqué que le 15 août soit reconnu fête nationale au Canada? Qui transige avec la France, la Belgique? Qui a mis l’Acadie à l’UNESCO? Et, plus près de nous: qui concerte sur les dossiers d’immigration Atlantique?

Malgré le fait que bien des bénévoles, aujourd’hui, soient plus intéressés à s’engager avec Greta Thunberg que pour l’Acadie, il faut se réjouir qu’il en reste tout de même pour vouloir diriger notre bonne vieille SNA, elle qui n’en finit plus de se chercher, de s’adapter et de durer.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle